jeudi 24 novembre 2016

Bourgeois Stupides

Echanges entre Monet et Robinson (un peintre impressionniste américain quasiment inconnu en France) à propos du non fini , le même que l'on reprochait à Michel-Ange (rien ne change). 
Le second à propos des gens stupides lui disant : vous allez terminer cela, vous ne pouvez pas laisser ça comme ça. 
Mais pourquoi pas ? répond Monet. 
Le commentaire de Robinson : qui est juge sinon l'auteur pour savoir quand s'arrêter ?
Ces bourgeois stupides, car il ne peut s'agir que d'eux, ont horreur de se creuser la tête devant un oeuvre d'art, c'est incongru de leur demander de faire abstraction de, de continuer de. Incapables de saisir cette chance de.
C'est assez drôle car le peintre de Giverny adoptera une partie de leur code en vieillissant.


Aucun commentaire: