jeudi 27 octobre 2016

Inferno


INFERNO.
Rendons hommage à Dan Brown, au moins il fera connaître le titre du premier livre de La Divine Comédie.
Ensuite vous avez le choix :
 1) Ne pas trop vous posez de questions
2) Aller plus loin.
Par exemple à propos du  masque mortuaire de Dante, Langdon pourrait se poser une question. Le divin poète est mort en 1321 à Ravenne, jusqu'à là tout est normal. Seulement Vasari qui en connaît quand même un bout sur les us et coutumes de l'art mortuaire ou pas nous dit dans les Ragionnamenti : " Il est certain qu'il faut louer Andrea del Verrocchio qui a trouvé le moyen de faire des moulages sur les morts. Il tira grand avantage de ce procédé qui fait apparaître la vérité des choses."
Hors, le maître de Léonard, Florentin est né (1435-1488) bien après la décomposition du cadavre de Dante. Comment, si Verrocchio est l'inventeur de ce procédé pouvons-nous être face au vrai visage du poète ?
En fait Langdon pourrait se poser la question, non ?  
Il pourrait même ajouter après quelques recherches avoir débusqué une petite variation aux grandes conséquences. 
Dans les  les Vite il ajoute à propos du fameux procédé : " à peu de frais" .
Verrocchio ne serait plus alors l'inventeur d'un procédé, mais juste un metteur au point.
Pourquoi ces lignes ? si effectivement le masque de Dante est réellement véridique ? 
Pour vous faire lire ce que Dan Brown a lu, peut-être, et n'a pas choisi de retenir. 
Pour débusquer des erreurs ou des questions toujours en suspend, comme celle de la fresque de Léonard derrière le fameux Cerca Trova. 
Pour vous faire visiter Florence autrement, avec les yeux de Léonard, de Dante, de Michel-Ange et non ceux d'un romancier.


Aucun commentaire: