mardi 31 décembre 2013

Comme Zola je les hais.

Bonsoir,
Nous sommes à quelques heures de cette année nouvelle et pour terminer celle en cours je suis aller démarcher quelques revendeurs potentiels des Guides MAF. C'est une démarche un peu inhabituelle, avec des outils de promotions "papier". Je vous en parlerai plus longuement quand tout sera au carré (2 ou 3 mois).
J'étais rue de l'Épicerie à Rouen, sous la pluie, et face à la cathédrale j'hésitais un peu à franchir  le pas de porte d'un vendeur de livres d'occasion situé de l'autre côté de la place.
Sur le traces de Pissarro et Monet j'ai pris mon courage à deux mains, et après m'être enquis d'une non agressivité du libraire pour le livre numérique, je lui ai  présenté Motifs et Effets Impressionnistes en Normandie.
Réédition d'une  expérience déjà tentée avec l'Harmitière, la Procure, le Clos Lucé (sans parler des centaines de mails sans réponses des autres enseignes) .... sans succès, ni même un mot  d'excuse du patron rouennais pour un RDV manqué. Passons.
Le gus est sympa, seulement au bout de 3 minutes la sentence tombe : Je ne vais quand même pas scier la branche sur laquelle je suis. ?????
Monet, Pissarro, Debussy et la visite de Rouen il en a rien à cirer, le numérique est l'ennemi du papier en son esprit. Il n'existe pas sur ses rayons un ouvrage équivalent, mais non, vendre un truc qui à ses yeux n'est pas un livre est au-dessus de ses forces.
Je le savais,  le libraire en son for intérieur est un conservateur indécrottable, à l'image d'un membre du jury , celui du Salon, refusant les toiles Impressionnistes.
Que faire ? Reprendre les paroles de Zola par exemple : " Que les aveugles [les libraires]  nient nos efforts, qu'ils voient dans nos luttes les convulsions de l'agonie, lorsque ces luttes sont les premiers bégayements de la naissance. Ce sont des aveugles. Je les hais" Moi aussi.....

jeudi 19 décembre 2013

Sortir du microcosme écrito-numérique:


À L’ÉCOUTE DES IMPRESSIONNISTES

Vous pensiez bien connaître et avoir tout vu des tableaux les plus emblématiques de ces peintres qui furent considérés comme des « tageurs » au XIXe siècle ? Mais avez vous en tête les commentaires et les pensées des protagonistes contemporains ? Pas forcément.
Par une approche originale  nous promène dans les lieux chers aux peintres ou dans les villes qui ont inspiré leurs tableaux. Un joli chapitre sur L’Après-midi d’un faune est à ne pas manquer. La qualité des visuels est surprenante, le choix des textes judicieux et montre un amour de l’art adapté aux supports modernes du XXIe siècle.
La musique n’est pas en reste, les extraits nous plongent dans l’ambiance de ce XIXe siècle qui bouillonne.  Elle jalonne les pages et choisie avec soin n’est pas seulement un accompagnement audio, mais bien un plus. De cette exigence il en découle une évidence d’entendre autrement les œuvres composées à cette période de Moussorgski, Chabrier, Wagner ou Debussy (à écouter aussi au casque).
Des extraits de films nous donnent encore des repères à explorer. Ces interactivités vous donneront envie d’aller revisiter les salles des musées ou d’écouter plus longuement les œuvres proposées en extraits.
Laissez vous guidez au fil des pages ou choisissez les villes où sont passés vos peintres favoris par le menu.  C’est à vous d’être curieux et d’y ajouter vos notes personnelles. Cliquez sur certains tableaux, vous ne le regretterez pas. Tout au long de votre voyage, vous lirez les inquiétudes, les confidences, l’enthousiasme de Monet ou Pissarro, les citations de Renoir et plusieurs extraits de Marcel Proust.
Aussi, ce livre édité exclusivement pour tablettes devrait vous séduire. A télécharger sur les plateformes de votre choix pour un prix défiant toute concurrence.
L'article original écrit par I.Perrin est sur ResMusica : http://www.resmusica.com/2013/12/18/a-lecoute-des-impressionnistes/
Un site à découvrir si vous aimez la musique classique.