mardi 4 septembre 2012

C'est le progrès...je rigole.

C'est la rentrée, alors j'ai fait sortir du placard, de la bibliothèque, les Tragédies d'Eschyle. Qui lit encore les Perses à part des dingues à mon image ?
Et comme je lis tout, intro, préface, postface, notes, bibliographie je ne pouvais laisser passer cet avertissement au(x) lecteur(s) [voir le signe bizarre en haut à droite sur l'image].
Nous sommes en 1982, personne n'imaginait, sauf à revoir la pièce à la télé ou à Athènes, entendre cet accompagnement musical d'un choeur, pièce maîtresse du drame. 
Et aujourd'hui ? Et bien c'est pareil. 
Pourtant on sait faire, ou pourrait faire, mais non on ne fera pas. Et le lecteur restera quoi, car il est incapable d'imaginer en immersion ou pas une musique vieille de 2500 ans, et les ensembles musicaux ne seront pas sollicités pour nous replonger dans l'Athènes de Périclès.
C'est le progrès.


Aucun commentaire: