vendredi 7 septembre 2012

immersion reading

Immersion reading. Késako ? 
Les puristes vont s'effrayer du nouveau service de lecture proposé par Amazon: dualiser un livre en une version audio et une version numérique et en synchroniser la lecture. 
Nouveau comportement (?) d'un lecteur écoutant son dernier polar dans sa voiture et reprenant là où il l'avait laissé son chapitre avec une version numérique dans son bain ?
Franchement je ne sais pas vous mais moi je suis perplexe, surtout s'il faut acheter le bouquin 2 fois. 
On est loin de la lecture immersive définie par les spécialistes, et on est loin aussi de l'usage d'une composition en abyme ou un livre numérique utilise un livre audio pour embarqué le lecteur vers d'autres territoires.
En attendant de voir la réaction du lectorat, l'annonce di Kindle Fire HD en France est une bonne nouvelle. 
En toute partialité, j'y vois comme les prémisses d'une bagarre sur le contenu, pour exploiter au maximum les qualités du matériel. Itunes VS Kindle. Il va falloir se replonger dans KF8, le format des livres numérique d'Amazon, pour juger de la portabilité d'une version Author vers le Kindle Fire HD.
Il va falloir aussi que les uns et les autres se bougent un peu le cul pour ne pas se copier et proposer tous les mêmes ouvrages, au même prix, avec les mêmes slogans.

mercredi 5 septembre 2012

Composition en abyme

Composition en abyme ? 
Inclure un livre audio dans un livre numérique (écrit, illustré). 
L'exercice est intéressant. 
J'ai un peu hésité, et puis j'ai imaginé le lecteur en nomadisme,  avec son iPad mini hors les murs vers la destination où je l'invite à se rendre. Le temps d'une pose, en marchant, au resto.
Ecouter un livre est une solution hypermédia de décloisonnement. Les extraits gardent leur pertinence mais s'ils réussissent à susciter l'envie d'aller plus loin le livre audio est une solution.

mardi 4 septembre 2012

C'est le progrès...je rigole.

C'est la rentrée, alors j'ai fait sortir du placard, de la bibliothèque, les Tragédies d'Eschyle. Qui lit encore les Perses à part des dingues à mon image ?
Et comme je lis tout, intro, préface, postface, notes, bibliographie je ne pouvais laisser passer cet avertissement au(x) lecteur(s) [voir le signe bizarre en haut à droite sur l'image].
Nous sommes en 1982, personne n'imaginait, sauf à revoir la pièce à la télé ou à Athènes, entendre cet accompagnement musical d'un choeur, pièce maîtresse du drame. 
Et aujourd'hui ? Et bien c'est pareil. 
Pourtant on sait faire, ou pourrait faire, mais non on ne fera pas. Et le lecteur restera quoi, car il est incapable d'imaginer en immersion ou pas une musique vieille de 2500 ans, et les ensembles musicaux ne seront pas sollicités pour nous replonger dans l'Athènes de Périclès.
C'est le progrès.


jeudi 30 août 2012

Partager votre passion

Vous aimez écrire, vous aimez passionnément une ville, un artiste, une ville et un artiste mais vous n'osez pas. C'est dommage

Les Guides MAF peuvent être pour vous l'occasion de vous lancer, de partager avec d'autres vos connaissances et votre curiosité. D'entreprendre un projet novateur.

Je ne vous garantis pas le succès, la célébrité, un paquet d'argent mais je ferais de mon mieux.
Votre travail sera considéré, vos idées débattues, et votre ouvrage édité. Disponible sur l'iBook Store.

Seulement avant de croire au miracle, au rêve enfin réalisé, prenez le temps de réfléchir à nos spécificités :
1) Une édition numérique hypermédia. Si vous me proposer un travail où seul le mot est présent ce n'est pas la peine.


2) Il existe un format, une "marque de fabrique" Guiddes MAF. Prenez-en connaissance en téléchargement le catalogue des Voyages de Léonard de Vinci sur l'Apple Store (c'est gratuit mais il faut un iPad).


3) Pas d'argent entre les 2 parties, ni avant, ni pendant, et peut-être pas après.  Vous touchez, je touche, je touche et vous touchez une part 3 fois supérieure à celle versée habituellement par l'édition classique.

Si le travail et l'aventure ne vous rebutent pas contactez-moi, l'édition numérique hypermédia est une réelle opportunité de se faire une place au soleil.


vendredi 24 août 2012

Anaphore et auteur numérique

Si j'étais un auteur numérique je rejetterai la littérature anastatique.
Si j'étais un auteur numérique j'écrirais en couleurs.
Si j'étais un auteur numérique j'utiliserais la musique pour séduire vos oreilles.
Si j'étais un auteur numérique j'utiliserais les images animées pour séduire vos yeux.
Si j'étais un auteur numérique j'ajouterais des mots à la musique et aux images animées.
Si j'étais un auteur numérique je bannirais le cloisonnement des arts.
Si j'étais un auteur numérique je ne m'interdirais rien pour séduire tous vos sens.
Si j'étais un auteur numérique j'aimerai écrire des ouvrages à deux, trois ou plusieurs mains.
Si j'étais un auteur numérique je rencontrerais d'autres auteurs numériques pour partager
Si j'étais un auteur numérique je laisserai le lecteur enrichir lui-même mes ouvrages, ses ouvrages.
Si j'étais un auteur numérique je supprimerais les intermédiaires entre le lecteur et son livre.
Si j'étais un auteur numérique j'offrirais des ouvrages aux bibliothèques si elle le voulaient.
Si j'étais un auteur numérique j'offrirais mes ouvrages à qui aimerait les faire vivre après ma mort.
Si j'étais un auteur numérique je serais ravi de l'être et je n'emmerderais personne avec une anaphore.

mardi 21 août 2012

Dont acte

Une interview d'Antoine Compagnon (historien de la littérature) conclut dans la Repubblica
Le plus intéressant :  La lecture électronique semble marquer un retour à la lecture pré-moderne, pratiqué avant Gutenberg. Si l'hypothèse se confirme,  ceci signifi
e que le livre serait juste un interlude, nous serions de retour à une lecture «intermittente, digressive et collective» avant que le texte imprimé ne poussât les lecteurs "à l'individualisme, à la solitude et à l'imagination".
Alors si l'historien n'y voit aucun inconvénient, pourquoi s'en faire ? Une page se tourne c'est tout, l'oeuvre y gagnera en créativité faites confiance aux auteurs.


Cette ouverture d'esprit devrait en faire réfléchir plus d'un accrochés à une lecture en mouvance depuis des siècles. Rien n'est immuable et c'est le propre du genre humain de tendre vers une instabilité créatrice continuelle.

mercredi 15 août 2012

EEB

Pour la rentrée un "Pulitzer" sortira un EEB (EEB pour Enhanced E-Book). Visiblement le sujet peut se rapprocher des biographies romano-musicales (ça se dit ?) et ouvrir la voie à une génération d'auteur s'exprimant sans avec les mots, mais aussi avec d'autres stimuli pour nos sens, genre, musique, images animées ou fixes. Des auteurs ayant envie de transgresser les normes et les règles. des créatifs en quelque sorte. ;-)

mardi 7 août 2012

Les Stones hypermédia sur ebook, quand ?

Un peu plus de 100 pages de lues de la version papier de Rolling Stones par Bon. Le sujet mais surtout l'écriture est bien une invitation à l'hypermédia.
Plusieurs entrées sont lisibles pour là une vidéo de Jagger enfant à la télévision (impossible car indisponible, mais ce n'est pas le problème), ici un extrait musical, ici et là des photos inconnues.
François nous invitent souvent par exemple à voir, lire ou écouter : où on verra....M J faires ses premières prestations de gymnaste... On a des photos de Brian Jones ...etc..
Pour marteler les moments forts il les résume et les répète et nous comme des cons on ne sait pas vraiment de quoi il parle : Go Keith, go lancé par Chuck Berry ...fait nous un note à note d'un morceau culte... mais on l'écoute quand ce morceau ? De suite car on est un fan du monsieur, demain, ou jamais car au fil des 400 pages suivantes on sera passé à d'autres choses ? Et des choses il y en a une ou deux par pages au moins.

Géographiquement on est un peu perdu si Londres nous est inconnu. La librairie de Notting Hill je visualise, mais le Marquee? Un lieu culte, indispensable au cursus des Stones, c'est où ? Comment ils donnaient les premiers amplis, les premiers micros, les premières guitares sur la scène ? Fender et Gibson des années 50 /60 entre les mains de Keith, de Brian ?
C'est une frustration permanente cette lecture ;-). La nouvelle version Epub nous réserve paraît-il des surprises. De quel type ?
De nouvelles infos, sûrement.
Des images, peut-être.
Des enrichissements multimédia? Sûrement ...pas car peur il ya peut-être. Celle de ne pas disposer des droits nécessaires. C'est certain les Stones ne lâchent rien, mais 30 secondes d'une chanson c'est déjà pas mal, on a le droit. Des vidéos pirates pour être en transgression comme les Stones l'étaient, et puis on ne sait jamais une autorisation exceptionnelle. Pourquoi ne pas prendre le risque, ne pas demander ? Evidemment la douche froide du Viel homme et la mer doit être encore en mémoire.
Inutile de tomber dans un débat sur le portage des liseuses noir et blanc pour un plus large public VS l'iPad. Seul ce dernier peut aujourd'hui donner une nouvelle dimension à cette biographie, transgresser les règles de l'anastatique.
Osera-t-il un jour François ?

jeudi 5 juillet 2012

Ecritures : Mots et Musiques

Florence : La lanterne de Léonard, le motet de Dufay pour la consécration de l'édifice.
Rimini : La fontaine de la place Cavour, une composition sur orgue d'eau imaginé par le Vinci.
Milan : Les fêtes au château, l'Orphée de Politien.
Athènes : Le théâtre de Dionysos, L'Oreste d'Euripide.
Florence: Le Bacchus de Michel-Ange, l'Orphée de Politien encore.
Florence : Michel-Ange Chapelle Médicis, Réquiem Josquin des Prés.
Amboise : François 1er et L'Homme Armé, Antoine Busnois peut-être.
Les Apennins: La sibylle de Léonard et le Tanhauser  de Wagner.
Paris : Le Pont des Arts face au Louvre et Les cris de Paris de Clément Janequin.
Ce sont quelques exemples d'approches enrichies ou musiques et mots se répondent.
  


mercredi 4 juillet 2012

Anastatique ton livre m'anesthésie


Etude GFK : Toutefois, le livre numérique ne semble pas encore assez attractif pour les consommateurs, puisque ces derniers lui préfèrent à 98 % les ouvrages imprimés.
Deux issues pour faire aimer : Une baisse drastique du prix du livre numérique ou une approche hypermédia pour se démarquer du papier. Je milite pour la seconde sans exclure la première ;-)
En réalisant sur iTunes une section : fait avec iBooks Author Apple semble aussi y penser.
Anastatique ton livre m'anesthésie ;-(

samedi 30 juin 2012

Nouvelle collection

Léonard et Michel-Ange s'inscrivent dans une collection initiée par Freud : Les grands de l'espèce humaine.
Logiquement il faudrait y ajouter Darwin, Copernic, Socrate peut-être, penseur et sculpteur, et d'autres encore. Logiquement il serait nécessaire d'aller à Rome pour terminer LDV et M-A, surtout, M-A. Mais pas d'Italie cette année.
Alors j'ai fait appel à mes souvenirs, aux chocs culturels ressentis lors de voyages et Métropolis s'est peu à peu imposer. C'est l'histoire d'une ville à une époque déterminée, son apogée. J'ai commencé et l'enthousiasme s'est déjà imposé, ça me plait bien.

lundi 25 juin 2012

Vous faire un peu d'argent avant les vacances

Le programme d'affiliation d'Apple fonctionne pour les titres de l'iBook Store. Si votre site est sélectionné pour son contenu (voir le programme sur le site Apple France), il suffit ensuite d'utiliser les Widgets  comme celui ci dessous pour amener vos visiteurs à découvrir la Toscane ou la Lombardie avec les yeux de Léonard ou Michel-Ange. Je ne garanti rien, mais rien ne vous empêche d'essayer.

jeudi 21 juin 2012

Comme une sorte de vide



Voilà c'est le dernier opus. Il n'est pas complet, j'ai du mal à faire ce que je veux avec les fresques de Lorenzetti à Sienne. On verra ça à la rentrée. Et ensuite....rien. Peut-être une nouvelle collection, pompeux, une nouvelle approche : la ville et non l'homme. Dans tous les cas c'est un an de boulot au moins, à ma vitesse il s'entend. C'est drôle cette sorte de vide.

C'est gratuit

vendredi 15 juin 2012

J'ai utilisé 27 extraits, fragments, quatrains ou sonnets de Michel-Ange pour Séjours Florentins. 1 a été mis en musique par un contemporain, Tromboncino, 2 par Britten et il faut voir du côté de Chostakovitch pour les autres. Beaucoup, pas beaucoup, je ne sais pas. Le but est de fondre ses Rime dans le texte pour ne pas rebuter le lecteur, voir lui faire apprécier à nouveau la poésie. 
En prime la couverture.

dimanche 3 juin 2012

Anastatique Bis

Nom féminin latin scientifique anastatica, du grec anastasis, résurrection. 
Hors donc n'assistons-nous pas à une résurrection des livres hors droits dont notre littérature numérique aime à reproduire les textes et les images ?
Anastatique est parfaitement adaptée aux ouvrages de Zola, Hugo et autres Balzac et Vernes.
Pour notre littérature contemporaine, l'édition papier précédant celle destinéeaux liseuses, le terme anastatique convient aussi parfaitement. Pourtant le processus doit être parfaitement parallèle. Le poids historique du papier confère à celui-ci une préséance convenant parfaitement en l'espèce.
Anastatique ou homothétique le livre numérique reste néanmoins un objet à prix unique censé préserver la marge des libraires qui s'en foutent complètement.

vendredi 1 juin 2012

Anastatique

Anastatique ou homothétique ? Je n'ai jamais été parfaitement convaincu par le second terme pour qualifier le transfert d'un ouvrage papier vers le numérique en l'état. Je suis tombé, sans me faire mal, sur le mot anastatique dont la définition pourrait mieux coller, si elle n'était liée au procédé mis en oeuvre au 19éme siècle. 
De plus le mot sonne mieux : j'ai acquis une édition anastatique du dernier roman de trucmuche pour mon iPad.
Ca en jette dans un dîné ;-))

jeudi 24 mai 2012

Pourquoi j'abandonne Epub.


L'introduction de iBoooks Author et Retina a bouleversé la donne. Il est 100 fois plus facile pour un auteur de construire son ebook avec la solution Apple qu'avec un système ouvert. Ouvert à quoi ? La médiocrité dans bien des cas, bcp de tracas dans les autres cas. Insérer des images, de la musique, des vidéos dans Epub est une galère. Et derrière le lecteur en choisissant de passer du mode portrait au mode paysage, d'une police à une autre, d'une taille de caractère à une autre fout tout en l'air.
Le rich média nest pas encore la norme, ni dans les esprits, sauf à Cuppertino, ni dans les liseuses. Si un lecteur acquiert un Guide MAF pour un Kindle il est volé, idem pour Kobo, ou une Galaxy Tab.
Pour les ventes, ridicules le ventes autant en sourire, le principal canal pour ce type d'ouvrage est l'Itunes Store, alors je ne prends pas un grand risque en abandonnant Epub.
Si un auteur, richmedia il s'entend, veut aujourd'hui voler de ses propres ailes et maîtriser son produit c'est pour le moment la voie la plus sage.

dimanche 20 mai 2012

Backstage iBooks Sore


L'autre côté des choses.
Les ouvrages sont attente de passage au contrôle qualité, ou ont déjà passé les tests sur l'iTunes Store.
Le processus d'envoi est assez simple, l'attente un peu longue 7 à 8 jours si tout va bien. Si non eh bien s'établit un dialogue pour essayer de comprendre ce qui cloche.
Dans les semaines qui suivent se posera sûrement le problème de l'intégrateur, est-il vraiment indispensable ?
Il faudra sûrement une évolution de son job pour devenir un interlocuteur incontournable : réactivité, conseils à tous les éditeurs et pas seulement aux plus gros.

vendredi 18 mai 2012

iBooks Author pour les Guides MAF

Une rareté, Lombardie et Vénitie sur iTunes Store. Fabriqué avec iBooks Author, contrôlé par le service qualité d'iTunes. Romagne et Marches a suivi.  La France et la Toscane sont en attente. Il fallait faire des corrections, la version paysage et portrait, celle par défaut, différaient. Toujours des    textes, des vidéos et de la musique (contemporaine de Léonard), marque de fabrique des Guides MAF.
Une question se pose quid d'une version Epub maintenant chez le libraire californien ?
A rien pour moi.
First Epub pour le richmédia c'est vraiment trop galère.
Deusio Apple préfère son système maison, il font des efforts de promo, aux US en tous les cas, pour se différencier des autres encore en homothétie. 

samedi 12 mai 2012

Une carte dans un Guide




Nouvelle application de cartographie proposée par Apple éliminant celle de Google tel est la teneur du billet sur http://mashable.com/2012/05/11/apple-to-drop-google-maps/.
H Guillaud se posait la question de savoir pourquoi les auteurs n'utilisaient pas ce type d'application et d'autres.
La question est, pour moi il s'entend, comment intégrer une carte dans un Guide. Techniquement c'est faisable, un peu compliqué au regard de mes compétences mais faisable.
Economiquement ? Non car quand il s'agit de vendre un document encapsulant la techno de Google il faut payer.
Il existe bien une application"gratuite" mais les lieux dont j'ai besoin ne sont pas encore référencés.
Alors Apple va-t-elle résoudre mon problème ? je ne vais pas tarder à le savoir.
Si oui j'en serai ravi.

vendredi 27 avril 2012


J'avais déjà lu l'ouvrage en mode texte pour pouvoir m'engueuler en toutes connaissances de causes avec...mon épouse ;-) 
Et puis la semaine dernière j'ai eu l'occasion de lire la version "enrichie". 
Elles est aujourd'hui disponible sur : 
http://www.epagine.fr/francoishollande2012.php.
Le choix du mode paysage par défaut, comme pour le catalogue de La souris qui raconte, ne me plaît pas bcp, il me rappelle un peu trop Power Point (je ne connais pas Keynotes). 
Il est possible en comparant les deux versions  de voir si l'ajout de vidéos, graphiques, tableaux, interviews etc.., ils ont mis la gomme, apporte quelque chose.
C'est gratuit.

mardi 24 avril 2012

Quoi elle est pas belle ma promo, c'est du frais, avec de nouvelles entrées, images, vidéos, et musiques. Du multi-touche je vous dis.

mardi 17 avril 2012

Promo sur les Guides MAF

Première phase d'une promo sur les Guides MAF consacrée à Léonard de Vinci chez Epagine. Pour un exemplaire de Voyages en France, un exemplaire de Romagne et Marches vous est offert.
Si Voyages en France évoque instantanément la Joconde, et donc le Louvre, et le Clos Lucé, il existe aussi d'autres lieux où nous pouvons rencontré ce grand de l'espèce humaine. La Sorbonne par exemple, ou Metz, ou Romorantin etc..
Pour Romagne et Marches, notre perception est forcément plus nébuleuse. Urbin, Rimini, Césène ne sont a priori des destinations prisées pat les touristes. Y rencontrer Léonard est surprenant, on le voit à Florence, à la rigueur à Milan, voir Rome mais Césènatico ? Pourtant pendant un peu plus d'un an le Vinci accompagna la reconquête des territoires de l'Eglise par César Borgia, le modèle du Prince de Machiavel.
Vous avez entendu parler d'un Léonard pacifiste, végétarien, homosexuel, inventeur, gaucher etc. Il y a du vrai, seulement il y a des mais, bcp de mais, et pour finir il y a un autre homme complexe et fascinant.

vendredi 13 avril 2012

ebooks la guerre des prix.

C'est une histoire américaine entre Amazon, Apple et les éditeurs. Si le Département de Justice attaque une pratique qui en France s'apparente à la loi Lang, les protagonistes ne sont pas encore condamnés. Cette guerre des prix est-elle possible en France. Oui !
Oui , sur un type d'ouvrage : le 100% numérique hypermédia.

Si le contenu de ce dernier souffre d'une perte de valeur artistique, littéraire, historique, s'il est impossible de le faire migrer sur papier sans le dénaturer alors n'importe quel libraire ou plate-forme peut librement jouer avec sa marge.
La loi sur le prix unique du livre numérique a été élaboré dans un cadre homothétique et ne s'est pas réellement projetée dans l'avenir.

Seulement qui osera amputer sa marge de de 10 ou 15 points sur 30 ou 35 ?
L'éditeur peut facilement aller au-delà, 40, 45 sans être en péril, mais il faut du volume derrière, il faut un gros, il faut Amazon ou Apple avec des machines supportant pleinement l'hypermédia. Ils sont les seuls aujourd'hui, avec le Kindle Fire et KF8 nouvelle mouture (à tester mais dans les specs les balises sont là), avec l'iPad, capables de satisfaire la créativité des littérateurs du 21ème siècle.

mercredi 4 avril 2012

La fuite du livre

C'est son grand truc à Alicia Martin. Ce que la légende ne dit pas : L'occupant des lieux a acquis un iPad ;-))

dimanche 1 avril 2012

Le livre numérique ne décolle pas.

J'ai relu le billet de Guillaud ( La Feuille blog du Monde) sur la panne au démarrage du livre numérique. Que les choses ne soient pas simples, tout le monde le sait, et ce dans tous les domaines de l'activité humaine, ce n'est pas un scoop. Passons.

Les 4 variables responsables selon l'auteur de cette panne sont :
1) Le prix
2) Le support
3) La distribution
4) Le comportement (la lecture).
A chaque item il est possible de trouver une réponse et mettre en délicatesse les arguments avancés.
Pour ma part, et je n'en démords pas depuis 6 ans, l'expérience de lecture numérique actuelle n'est pas séduisante. Elle est même en-dessous de celle offerte par le papier.
Depuis 6 ans je n'en démords pas l'expérience hypermédia est la seule capable de faire évoluer un lectorat papier vers une version numérique en masse. Tous les livres ne peuvent être "enrichis", mais seule cette approche disruptive pourra émoustiller l'intellect du lecteur, l'emmener dans un nouvel univers et banaliser l'achat d'un ouvrage homothétique dont la valeur reste liée à sa qualité littéraire et non à un tarif.

samedi 31 mars 2012

Qualité vous avez dit qualité

Ils sont marrants chez iTunes. Ils vous demandent plus de qualité, sur les images notament, mais quand vous choisissez la plus haute résolution pour une vidéo avec iMovie, iBooks Author la refuse.
Le problème ?
Aucun document pour savoir ce que l'on attend de nous.
Ce n'est pas sérieux, tout simplement.

samedi 17 mars 2012

Rôle du libraire.

Le rôle du libraire on-line .
Echanges de messages avec un libraire on-line:
1ère tentative via facebook.
Mon argument : Proposer au lectorat les guides MAF sur Léonard pendant l'expo du Louvre sur Léonard à la fin du mois. Evident non ? Coller à l'actualité.
Pas de réponse de la part du libraire.
Après une rencontre avec le patron de la librairie, j'évoque cette non réponse. Celui-ci m'assure qu'il y en aura une.
Je réexpédie un message avec un mot incongru : Buzz.
Réponse: Je lirais le bouquin, s'il me plait j'en parle, mais je ne fais pas de buzz.
Bien, mais ce n'est pas vraiment ma demande. Je propose juste, dans ce cas précis, une actualité opportune, une démarche identique à celle pratiquée par les libraires off-line, mettre sur la table, la home page évidemment, des titres en relation avec le buzz qui va accompagné cette expo.
Il ne s'agit pas d'abuser le lecteur, et pour cause, s'il juge le titre acquis décevant il peut dans le cadre de la loi sur la VPC, être remboursé sans aucun problème. Faites la même chose avec un livre papier pour voir.
Il s'agit simplement d'être réactif.

iBook contrôle qualité.

Retour du contrôle qualité par iTunes sur la premières version iBook de LDV, voyages en Lombardie, en Vénitie.
1) The chapter images are blurry : ils n'ont pas tort. Certaines images sont récupérées des versions pour écran e-Ink noir et blanc. Il va falloir augmenter le poids de l'image. C'est plus délicat pour des esquisses anciennes par exemple dont la qualité est originalement mauvaise. Suppression ?
2) text is overlapping. Là je ne comprends pas. Un texte qui chevauche quoi ? Et comment avec Author un texte en chevaucherait un autre ? J'espère obtenir des éclaircissements.
3) Please remove the placeholder/sample text . Travaillant en mode portrait les textes d'exemples n'apparaissent pas (vidéo, images), mais en mode paysage oui. Je vais les supprimer.

jeudi 15 mars 2012

IPAD et disruption


Accordez-moi quelques minutes. J'ai compris, enfin je l'espère, le pourquoi.

Pourquoi le livre numérique enrichi ne séduit pas, pourquoi on le snobe, le rejette.

Je n'aime pas l'analogie mais c'est le seul moyen dont je dispose pour tenter d’expliquer la chose.

Outre le qualificatif d’enrichi, on accole aussi aux ouvrages de ce type le terme : disruptif. Disruptif comme l’est Apple avec son iPad, avec iBooks Author (aux US car en FR c’est une autre paire de manches).

Cette disruption n’est pas un phénomène nouveau. Un exemple ? Les ignudi de la voûte de la Chapelle Sixtine. Leur nudité, leur taille, bouleversant la composition, leur incongruité dans les épisodes bibliques, leur autonomie, tout concoure au rejet, au sacrilège, encore aujourd’hui. Plus encore ils perturbent une lecture linéaire des figurations de Noé, de Dieu, de la Création etc..

Pourtant quelle réussite, enlevez-les et leur rôle prépondérant dans l’harmonie de l’œuvre saute aux yeux. Sans eux il existe comme un vide et on le sait la nature a horreur du vide. Sans eux on replonge dans une écriture classique de l’ Ancien Testament, de la Torah (là le filtre culturel entre en jeu).

Est sacrilège, dans le même ordre d’idée, le livre enrichi. Il ne correspond pas aux codes de l’homothétie, du papier, de la lecture (je laisse de côté l’écriture à dessein). Il bouleverse toute considération littéraire. La littérature a-t-elle besoin des images, des sons pour exprimer un message, un univers ? Non, oui, le débat dure depuis des siècles, il n’est pas clos.

Aux pieds du Dôme de Florence vous n’êtes plus en lecture, vous êtes aussi en écoute, du motet de G. Dufay pour sa consécration, en visualisation de l’œuvre (Guides MAF, LDV Voyages en Toscane). Supprimer cette écoute, et le vide s’installe, supprimer la vidéo des inondations de 1966 et l’Arno perd sa dimension dramatique pourtant signalée par LDV et tous ses contemporains.

Si personne n’a encore osé donner un nom à ce truc badigeonné sur le plafond de la chapelle vaticane, personne encore n’ose qualifier de livre, un point c’est tout, le livre enrichi. Il est même, c’est dire le malaise, inclassable dans un segment. iTunes, piégée, en est réduit à créer une catégorie spécifique et fourretout, et je ne vous parle pas du classement des Guides MAF chez les libraires.

La disruption dérange, déroute, nous fait nous interroger sur la force du texte, sur le pourquoi d’une autre approche. On devrait s’en réjouir, mais non c’est le contraire.

Putain d’ignudi.

dimanche 11 mars 2012


Un écran retina pour quoi faire ?
La résolution du nouvel iPad permet sûrement de s'approcher de la qualité papier mais la contrepartie est le poids, celui de l'image, de la vidéo. On peut être tenté de choisir la plus haute résolution pour satisfaire un public, un lectorat....non encore évalué, mais c'est peut-être une erreur.
Pour le diaporama de la Madone de Laroque ce choix équivaut à multiplier par 10 la taille du fichier. En résolution Portable nous avons 610 Ko, en Moyenne 670 et en haute résolution 7,8 MO.
Quand dans un guide vous avez une centaine d'images et un dizaine de vidéos il est impératif de se poser la question de savoir si la satisfaction du plus petit nombre, pour le moment, doit pénaliser le plus grand nombre.
Un fichier lourd c'est évidemment le WiFi et non la 3 ou 4 G pour son téléchargement. C'est plus d'espace de stockage et c'est moins de performance en lecture (l'iPad 1 rame déjà avec les versions actuelles).
Le jour ou retina sera la norme, on ne se posera plus ce type de question mais pour le moment, impossible de faire deux versions (je vous dis pas le bordel dans iTunes) et de doubler voir tripler le poids d'un ouvrage.
Il va falloir regarder la part du 3 VS le 2 qui avec 100$ de moins va certainement attiré de nombreux indécis venant grossir le flot de ceux ayant déjà été séduits.
Sauf a être hyper hyper élitiste, Michel-Ange et Léonard doivent rester accessibles au plus grand nombre des privilégiés possédant une tablette.

samedi 10 mars 2012

On nous trompent encore et toujours

I have a confession to make: despite having reviewed a few e-readers, and having written dozens of articles about them, I’ve never really used one. (Devin Coldewey Techcrunch)
Voilà comment la grande majorité des journalistes techniques et des bloggers nous traite, traite l'information, nous mente, triche et nous abuse.
Vous envoyez un fichier epub ou iBooks et on vous répond : "désolé mais je n'ai pas de machine pour le lire. On m'en a prêté une mais j'ai dû la rendre."
Ils sont peu nombreux ceux ayant une véritable expérience du livre électronique, de l'écriture numérique. La plupart des articles, billets et autres scoops sont des reprises des CPs écrits par les fabricants, des traductions d'essais biaisés, fabriqués à la va que je te pousse. 3 lignes, une vidéo piquée sur You Tube et vous avez l'info du jour. Sans vergogne on vous gratifie d'une opinion, d'un démenti, d'une assertion.
Mais jamais, ô grand jamais on égratigne les acteurs, jamais on ne fait preuve de courage, de sens critique. Trop dangereux.

vendredi 2 mars 2012

iBooks Author, par ceux qui l'utilisent.

L'un des avantages d'iBooks Author est de remettre la forme au placard. On peut discuter du modèle choisi, mais la chose sera vite oubliée au regard du fond. Une grosse partie du temps consacrée à une mise en page acceptable, mais non réussie pour ma part, avec epub par exemple est à oublier.
On va enfin, je l'espère, abandonner ces slogans de merde version Epub, PDF, Mobi, Authors, voir DRM, pour se consacrer aux textes, aux illustrations, à l'écriture, aux musiques. Pourquoi ?
Un texte n'est pas meilleur sous epub que sur papier, mais un enrichissement est plus facile à mettre en oeuvre avec Author qu'avec tous les autres formats aujourd'hui dispos (j'attends de voir Inkling qui ne semble pas prêt). J'inclus même dans les enrichissements, le papier accompagné d'un QR code pour faire plaisir aux accros du parchemin, de la tablette d'argile.
Et plus c'est facile et moins notre liberté est bridée.
En choisissant ce type d'outil, l'auteur s'approprie un nouvel espace de créativité et en fait bénéficier le lecteur.
Le rendu étant correcte, même si le lecteur change la taille des caractères, je me fous d'user et d'abuser de vidéos ou de musiques, de sons et d'images.
Evidemment le moule peut ne pas convenir à certains, et de revendiquer l'écriture d'une App. Mais c'est une autre approche avec des équipes de programmeurs et des budgets plus conséquents.

vendredi 10 février 2012

Epub ou iBooks ?

Merde, c'est chiant. Un message de JF Gayrad, Numérik:)Livres m'avertissant gentiment d'un mauvais rendu de mes fichiers epub sur l' iBook Store. Je fais pourtant hyper gaffe. Je vais vérifier et essayer de comprendre, et surtout suivre son conseil tout migrer avec iBooks Author dont le rendu pose moins de problème qu'avec Pages. Si certains d'entre vous sont insatisfaits faites le moi savoir SVP, et je vous fait parvenir les version iBooks Author en échange.

jeudi 26 janvier 2012

Ibook Author

Vous n'êtes peut-être pas au courant mais Apple a sorti un nouveau logiciel pour générer des livres numériques : iBooks Author.
Destiné aux livres scolaires, comme toujours, d'autres applications sont possibles, notamment un guide hypermédia.
Alors je me suis mis au travail et j'ai transféré Romagne et Marches. Le fichier est aujourd'hui en attente chez Immatériel, un des diffuseurs choisi par Apple pour Ibook Store.
Que vont faire les responsables France d'Itunes, l'entité qui gère les produits culturels numérisés ?
Un seul ouvrage c'est peu, mais tout les autres titres peuvent rapidement être transférés, et puis je ne suis pas le seul à pouvoir faire ce type d'ouvrage. La plate-forme US a été lancé avec moins de dix titres, alors pourquoi pas 4 ou 5 titres pour la France ?

dimanche 15 janvier 2012

Un nouveau site pour les Guides MAF

Pour joindre l'action à la parole j'ai créé un nouveau site : lesguidesmaf.fr.
Le but : Tenter de séduire des lecteurs tapant sur le net des mots clés en liaison avec Léonard de Vinci et Michel-Ange.
Je fourni donc des pages d'infos, des extraits et sommaires des ouvrages consacrés sur les deux grands de l'espèce humaine.
Une connexion directe amène le chaland sur le site d'Epagine pour faire ses achats.
C'est, il me semble un modèle de distribution avantageux pour tout le monde ( Auteur/Editeur; libraire; lecteur).
Epagine prend sa marge, se charge de la problématique de la diffusion et de l'encaissement, des dossiers annexes comme la vente aux bibliothèques.
Les Guides MAF assurent la promotion et le contact avec le client.
Le lecteur trouve un environnement plus riche autour des ouvrages et une possibilité de dialogue avec l'éditeur, l'auteur.