mardi 6 septembre 2011

Modèle homothétique.

Adrien Gardeur (FeedBooks) nous avait mis en garde il y a 2 ou 3 ans sur l'importance du moteur de rendu. C'est toujours vrai aujourd'hui. Voici par exemple une réponse du leader des applis livres sur Androïd : the Aldiko ebook reader app cannot play videos and music due to the restriction of Adobe's rendering engine.
C'est vrai aussi pour l'iPad si vous utilisez BlueFire par exemple.
En choisissant Adobe, Epagine ou Mantano et les autres s'affranchissent du coeur du moteur pour se consacrer à d'autres fonctions, mais pas d'enrichissement.
On comprend.
99,9 % des ouvrages sont en mode texte et une ou plusieurs images ne changent rien au rendu, Adobe s'est fendu d'une balise image dans son produit. Mais pas plus.
Où réside la valeur ajoutée entre tel ou tel reader ? Dans une couche annexe : lecture sociale notamment (Kobo). Difficile d'être vraiment meilleur si tous utilisent le même moteur bridée.
Quid d'Amazon ? Très franchement je n'en sais rien. Il existe quelque part une liste, inaccessible, des balises utilisées par Vook pour ses ouvrages enrichis sur Kindle.
Aussi quand on me propose le transfert d'une version Epub/iBook pour le Kindle Mac, iPad ou Androïd, pour une commercialisation sur les plateformes Amazon UK ou DE avant l'ouverture de FR, je suis très sceptique sur le résultat.
Le moteur de rendu est un élément essentiel pour le succès du livre numérique, seuls en sont conscients les spécialistes.
On peut me bassiner avec Epub, si toutes les caractéristiques du format ne sont pas implémentées, ce n'est qu'un embryon d'Epub et on trompe le lectorat.
Il existe une énorme différence entre l'Epub d' Apple et celui d'Adobe. Ce dernier est en version initiale, il n'a pas bougé d'un iota depuis la première version d'ADE, il y 4 ou 5 ans.
En fait le modèle homothétique s'applique au livre, au prix unique, et il caractérise pour le moment la grande majorité des acteurs du livre numérique. C'est pas cool.

Aucun commentaire: