lundi 1 août 2011

Arsène Lupin est-il stoïcien ?

Depuis un an je bosse sur le renoncement à la chair de Léonard. Pour terminer une piste commencée avec Freud et Wittkower j'ai emprunté les voies de la sagesse et morale stoïcienne. Chacun d'entre nous est un tant soit peu guidé par des valeurs, une éthique et le maître de la Vierge aux rochers ne fait pas exception.

Cette année pas d'Italie, pas de cols alpins, cette année c'est Dieppe pour les vacances. Et entre Penly et Paluel, centrales nucléaires, nouveaux sémaphores de la côte d'Albâtre, une relecture s'impose : L'aiguille creuse de Leblanc.

Mort en 41 il sera du domaine public l'année prochaine. J'ai voulu l'acheté en poche d'occase sur le marché samedi, niet. C'est fou. Le marchand devrait en avoir 10, 100, en français , en anglais, en allemand, il y en a plein des teutons et des tommys dans les rues, mais non.

Alors j'ai récupéré une version PDF, les autres formats étant Forbidden si votre adresse IP sent la France.

Je savais ne pas en avoir encore fini avec Epictète, Cicéron et Zénon, mais quand page 203 je lis : Quand il se réveilla, Lupin lisait. Beautrelet se pencha pour voir le titre du Livre. C'était Les lettres à Lucilius, de Sénèque le philosophe.

Je suis scié.

Alors se pose la question d'une lecture un chouia plus profonde. Pourquoi Leblanc oppose Lupin, le stoïcien, à Beautrolet, l'étudiant en rhétorique?

L'auteur normand insiste bcp sur la formation du jeune homme, la sienne (?), à Janson.

Le rhéteur persuasif et convaincant auprès d'un auditoire déboussolé, ne pèse pas lourd en fait. Il est manipulé du début à la fin de l'ouvrage par Arsène. Son logos, sa logique, ne peut rien face à la sagesse et l'expérience. La maturité s'impose à l'impétuosité, à la brillance.

La rhétorique, supprimée des programmes scolaires par Jules Ferry, n'est pas une arme assez efficace pour affronter le mode moderne.

Seulement Lupin reste lui aussi vulnérable, il succombe à la violence, à la passion et perd ainsi l'être aimé.

Les lettres à Lucilius peuvent consoler notre gentleman cambrioleur, elle ont consolées France Gall, mais il lui faut encore vaincre son pire ennemi : lui-même.

Pour ma part, après ces considérations distrayantes, j'enfourche ma bicyclette et vais aller à Port Lupin (Biville sur mer).

Aucun commentaire: