dimanche 1 mai 2011

Si

Si les journaux traditionnels avaient cru plus tôt à la Toile, il n'y aurait jamais eu de place pour des sites comme le Huffington Post.
Déclaration d Arianna Huffington.

Il est possible aussi d'entendre dans 4 ou 10 ans des propos similaires tenus par le nouveau roi de l'édition numérique après avoir racheté Gallimard ou un autre éditeur traditionnel indépendant.
Ce n'est pas de la prospective, lors de la bulle internet nombre de société sur capitalisée s'offraient des petits bijoux pour constituer qui un fond de catalogue, une clientèle, une marque.
Le propos de la miss, venant d'empocher 315 millions de $, doit être un peu éclairci. Les journaux étaient présents sur la toile mais sans créativité, sans disruption, ils ont "homothétisé" simplement leur titre.

En prenant un même chemin les éditeurs risquent une même punition.


Aucun commentaire: