mardi 17 mai 2011

Effets co-latéraux

J'avais déjà il me semble aborder le sujet de la critique littéraire face à celle du public on-line.
Le sujet intéresse toujours la presse et stresse de plus en plus la critique.
Visiblement Amazon n'a plus besoin de cette dernière pour alimenter le bruit autour des ouvrages dispos sur son site. Le lancement est peut-être la période la plus critique, mais une fois boosté le titre s'envole.
Alors on peut disserter sur les qualités et défauts, la pertinence ou la cécité des opinions du lectorat à l'envie, une chose est sûre elles existent par milliers.
Il serait intéressant de mesurer quand celles-ci commencent réellement à influer sur les ventes et quand la saturation est atteinte.
Si le livre sous sa forme numérique échappe à la critique, de toutes façons ils sont trop occupés tous à donner leur avis sur le même bouquin, il échappera aussi à l'auteur. La différence avec avant ? Il en sera informé et pourra le vivre en directe. Une expérience agréable ou pas , on verra ?

PS : (tiens je reçois un mail sur le sujet de la part de nonfiction.fr pour un débat : Le critique est-il mort ?)

Aucun commentaire: