vendredi 1 avril 2011

Bcp de bruit pour pas grand chose.

Le Sénat n'est pas d'accord avec les députés et parmi eux certains s'en prennent au ministère de la culture, avec en chambre d'écho de tout ce tintamarre sur le prix unique en France et dans tout l'univers, les blogs.
Quid des premiers concernés ? L'auteur , l'éditeur, le libraire.
Personne ne moufte.
A-t-on vraiment besoin d'un loi, a-t-on vraiment besoin d'être encore une fois jacobins?
Qui est menacé si Amazon et Google se lancent dans une guerre des prix pour lancer enfin le livre numérique sur notre marché ?
La vingtaine, la trentaine de libraires présents sur ce segment ?
Ils ont d'autres chats à fouetter, leurs frais de salaire et leur loyer. Apple ? On ne va pas s'en faire pour eux.
Qui jusqu'à présent s'est retrouvé lésé par la non-concurrence : le lecteur.
Pour le moment personne n'a eu besoin d'une loi pour travailler avec Apple, Epagine, Immateriel ou Ikiosque.
Pas de discount sur le livre numérique même pas les fameux 5%. Personne n'ose.
Les choses changeront-elles quand Amazon débarquera ?
C'est à souhaiter, pour voir enfin le livre numérique sortir de sa niche.
Une politique de prix agressifs est-elle nécessaire ?
Visiblement oui. Est-elle suffisante ? Non.
Kindle est un système à forte valeur ajoutée pour le lecteur. On pourrait même imaginer voir un ouvrage Kindle être bien différent d'un ouvrage iPad, d'une version basique Epub, et voir germer "des prix uniques" sans possibilité de comparaison.
Pas besoin d'être au Luxembourg pour contourner cette loi homothétique. Et paradoxalement plus sa valeur ajoutée serait élevée, plus son prix serait agressif.
Chacun le sait, un livre numérique sur le net, ne sera pas vendu par tous les libraires de France et de Navarre. La filière protégée par la loi Lang, va exploser.
Cette loi homothétique est un frein au développement du livre numérique.
Il faut quand même se poser la question de savoir si l'on veut un jour le voir concurrencer, voire dépasser le papier.



Aucun commentaire: