mercredi 16 mars 2011

iPocalyspe, super!

Un article d'Assouline sur la fin annoncé du critique littéraire, vous savez ce mec, ou cette nana qui ne répond jamais à vos mails, n'est jamais à son bureau et laisse son assistante se prendre pour une diva.
Leur boulot n'est pas de lire votre ouvrage, ça c'est libraire qui s'y colle, mais de parcourir le dossier de presse transmis par une jolie gonzesse qui roule en mini et est toujours accompagnée de son Filofax gonflé par une collection de bouts de papiers.
Son job consiste à modifier quelques passages, on ne sait jamais un confrère pourrait faire un copier/coller, et de conclure : "C'est génial, absolument incontournable. S'il n'obtient pas un prix, je change de métier."
Eh bien mec le temps est venu de tenir ta promesse.

Ils ou elles en prennent plein la gueule tant mieux !

Place aux lecteurs, des gens longtemps méprisés par ces pourris. Combien de fois ils les ont trompé sur la marchandise ?

Ils peuvent toujours se reconvertir en cireur de pompes Bd St Germain.

Et je ne vous parle pas des critiques d'art qui jugent une oeuvre au montant de sa transaction, à la cote de son artiste. Basquiat un génie ?
Faut sortir mon pote, nettoyer tes lunettes et arrêter de fumer.

Si vous voulez un avis policé c'est ici.

Aucun commentaire: