mercredi 23 février 2011

Le Paragone encore d'actualité.

Discussion ce matin avec Christophe Grossi, l'animateur du blog Epagine, sur la puissance des mots.
Il lit bcp, chaque chronique suit une lecture, il écoute de la musique, il écrit, va au cinéma et pense que la littérature se suffit à elle-même pour activer toutes nos sensibilités. Le mot cristallise toutes nos expériences.
Je ne partage pas cette position, je la respecte mais la nuance (voir une Ecriture pour médianautes).
On est en plein Paragone cette dispute sur la puissance des arts divisant les acteurs de la peinture, musique et poésie aux temps d'avant Lessing et son Laocoon, mettant, paraît-il, un terme au débat.
Je n' y ai jamais cru, et l'enrichissement, possible grâce à la numérisation des images, sons et textes, repose encore la question de la puissance d'une discipline versus un autre.
C'est un débat passionnant et forcément passionné.
S'il pouvait un jour ressurgir en dehors des frontières des initiés j'en serai ravi.
En Attendant, les échanges avec Christophe me vont bien.