lundi 24 janvier 2011

Mauvaise foi et

Alors la FNAC serait coupable de ne pas avertir le futur lecteur de la présence d'un DRM sur les ouvrages proposés à la vente : "Ce qu’il faut savoir surtout, c’est qu’à aucun moment, ils disent lors du process d’achat que le livre comporte des DRM " le blog de Korben
C'est faux, il faut aller sur la page du livre pour avoir les renseignements idoines.
Ce n'est pas évident mais depuis le temps que l'on prend le consommateur pour un con il peut être méfiant et lire les notices comme pour tous les autres produits.
Avec ou sans DRM ce n'est pas du ressort de la FNAC mais des éditeurs.
Ce sont eux les responsables et aussi les 50 % de lecteurs téléchargeant illégalement des livres numériques (Voir étude Hadopi sur le site du Figaro) sur le Net.
On peut contester les chiffres, mais le phénomène existe, et se faire voler ne fait plaisir à personne, sur le Net ou dans le métro.
Et la liberté du lecteur n'est en rien entamée si DRM il y a, il peut toujours choisir le papier, des ouvrages sans DRM, ou la bibliothèque, c'est gratuit une bibliothèque.
Des solutions légales existent et si l'on promeut une solution illégale, au nom oh combien commode d'une liberté du livre contre le vol d'un auteur, on est complice de vol. C'est aussi simple.
Il reste encore bcp à faire pour promouvoir le livre numérique et la bataille du DRM est importante mais on se trompe en poussant les gens au crime.

Aucun commentaire: