lundi 31 janvier 2011

Auteurs et plate-formes.

Sur Teleread cette phrase partagée sûrement par 99 % des auteurs : "Obscurity is a greater threat to writers than piracy’.For all authors, connecting with their audience and getting exposure remain the greatest challenge"
Cette opinion a déjà été émise il y a un ou deux ans, ce n'est pas la même chose un ou deux mais je n'ai pas le temps d'être plus précis.

Soyons copiés c'est la rançon du succès ;-))) ;-(((

Pour relever ce challenge l'auto-éditeur doit passer la main un moment donné.
Ecrire, mettre en page, illustrer, sont de son domaine de création; marketer, promouvoir, vendre c'est autre-chose, un autre métier.
C'est celui d'Immateriel ou Epagine par exemple, celui de la FNAC (mon meilleur "libraire" aux vues de mes ventes), celui d'Amazon qui n'en finit pas de se mettre au service de l'auteur, voir "Single" dernièrement.
Des noms vont surgir, des talents éclore, on va rester pantois, des success story défrayer la chronique, ce n'est qu'un début.
Le hard occupe le devant de la scène, mais un jour il cédera sa place banalisé il sera.
La vraie nouveauté viendra de talents capables d'en exploiter toutes les facettes et de le faire savoir.
Un nouveau modèle de distribution peut venir s'imposer, s'interposer : L'auteur et sa plate-forme.
L'éditeur est contournable, le libraire est contournable (dommage s'ils ne réagissent pas), le critique littéraire est contournable (bon débarras vue la pauvreté de son talent, les lecteurs lambdas font bcp mieux), mais pas la création, pas la diffusion.

Aucun commentaire: