samedi 11 décembre 2010

Les magazines et l'ebook




Paradoxalement le meilleur indicateur de la pénétration réussie d'un produit sur le marché de l'électronique est la presse magazine papier. Une revue spécialisée et c'est gagné.
Il y aura peut-être un jour un zine sur le livre numérique, un truc de fou.
En attendant Micro-hebdo se fend d'un article sur les librairies numériques.
Il en manque plein et le principal reproche fait à Epagine, le prix du livre numérique n'est pas de leur ressort. Tout faux messieurs.
L'autre remarque à pour objet le manque d'avis de libraire.
Ce n'est pas justifié car C Grossi en donne un pratiquement par jour.
Si Michalon, le patron d'Epagine, me lit, je lui propose de prendre contact avec des bibliothécaires. Ces gens lisent toute la journée, ou presque, ont fait des études sur le livre et seraient ravis de faire partager leurs remarques : pourquoi ils n'ont pas aimé le dernier Houellebecq par exemple (ah non il faut vendre désolé) .
Parmi les absents I-Kiosque, mon premier distributeur, historique ;-).
Il propose aujourd'hui le transfert des catalogues sur le portail Orange.
C'est l'un des aspects un peu méconnu de ces diffuseurs à l'image d'Immateriel ou Numilog.
Ils approvisionnent en références, en outils et en compétences des acteurs partis un peu en retard. Les Carrefour et autres FNAC comptent sur eux pour alimenter en contenu le matos vendu en rayon.
Boîtes de conserves ou bouquineurs électroniques c'est du pareil au même pour la grande distribution. Pour l'oeuvre c'est pour l'instant un peu plus compliqué, mais pas pour longtemps, si la mayonnaise prend.

Aucun commentaire: