mercredi 29 décembre 2010

La menace

Un article sur Libé et au détour d'un paragraphe une phrase : «On n’arrive pas à la littérature par la Pléiade, on arrive à la Pléiade parce qu’on est grand lecteur. Il faut que ces grands lecteurs se renouvellent», dit Hugues Pradier, pour qui la collection a moins à redouter du numérique que le livre en général, dans la mesure où la Pléiade est «la rencontre d’un objet matériel et d’une formule éditoriale».

Chacun aura son avis sur la question, pour ma part une Pléiade sur iPad serait bienvenue, outre la recherche, l'ouvrage de luxe en déplacement c'est pas top, et je ne vous parle pas du prix.
On y réfléchi quand même à 2 fois avant de passer à la caisse, un prix diviser par un facteur identique ne serait pas un cadeau refusable, car pour le coup les coûts de fabrication, la reliure, et les matériaux, peau de mouton et papier bible, ne sont certainement pas insignifiants.
Bon évidemment sur l'étagère c'est pas mal à condition d'en avoir plusieurs, beaucoup même.

Aucun commentaire: