mercredi 8 décembre 2010

Entre dégoût et attirance

Depuis des mois j'ai dans la tête d'ajouter un jeu dans les guides . Quelle drôle d'idée me direz-vous. Oui mais voilà quand un "film/jeu", je ne sais plus, Assasin Creed est vu par plus d' un million de mecs je suis dégoûté (sur YouTube).
Dégoûté par la simplicité du déroulement de l'affaire, je n'ose parler de scénario : Je vaque à mes occupations, je vis ma vie de banquier et quand on m'en donne l'ordre, je tue et retourne à mon logis avant de nouveau tuer. C'est un cycle.
Dégoûter car les erreurs sont légion, "je me bats pour l'unité de l'Italie "sic", l'Italie unitaire seul Machiavel en rêve. Ni les Médicis, ni le Pape, ni Venise n'en veulent, il faut encore attendre 4 siècle pour y parvenir.
Quand à Rome je suis, on construit déjà le Dôme de St Pierre. Eh mec la première pierre n'est même pas posée.
Quand mon prisonnier est torturé, ma clémence me perdra,pourquoi ne pas lui faire subir l'estrapade, c'était ça le truc à la mode et pas une vague séance d'écartèlement.
Et des erreurs de ce genre, sans parler du rôle jouer par le Vinci, il y en a des tonnes.
Mais ça me fascine, car l'atmosphère est là, irréaliste mais j'y plonge en abandonnant tout sens critique, historique même.
Les vues, en plongée, vu du ciel sont hypnotisantes, ils peuvent tout se permettre. Il pourraient, s'ils le voulaient, me faire visiter le clocher de la Mutte (à Metz) et son mécanisme léonardien , avec les yeux du corbeau. Trop fort.
La leçon d'Aristote ou Platon je ne sais plus, est retenue, leur truc est vraisemblable et ça marche.
Alors un jeu, pas celui de l'oie, mais un truc dans le genre A-C dans les ouvrages sur le Vinci ou Michel-Ange c'est possible.
Si vous souhaitez du sang, des assassin, des vrais ce n'est pas ce qui manque parmi les proches des deux hommes, Michel-Ange en était terrifié.
Si vous souhaitez des énigmes, j'en ai aussi. Pas la peine de les inventer.
Si c'est du sexe, un bon ressort le sexe, j'en ai aussi.
Et très franchement bien fait, je ne vois pas où serait le problème, ah si l'argent.

Aucun commentaire: