jeudi 16 décembre 2010

Ecriture en noir et blanc

Après un article dans le NYT le débat rebondi dans les colonnes US sur la couleur dans le livre et la divergence de vues entre Apple, Nook et Kindle.
Plaçons-nous sur un autre plan. Je reprends cet extrait d'Une écriture pour médianautes :
  1. Bonvesin da la Riva, poète italien du 13ème siècle, dont l'ouvrage Il libre delle tre scritture préfigure La Divine Comédie de Dante, a pour dessein d’adapter la couleur de l’écriture à l’objet de la description. Soit le noir pour l’enfer, le rouge pour la passion et l’or pour le paradis. Nous n’irons pas si loin, seulement rendons lui hommage.
Alors la couleur nouveau standard pour l'écriture?

On écarte la couverture, on écarte la technologie et les prix du matériel, on écarte le prix du transfert d'un ouvrage papier couleur à l'écran au coût "pratiquement" nul , on écarte les comparaisons avec la télé ou les moniteurs, reste un roman en noir et blanc avec 50 % de part de marché mais aussi tous les autres types d'ouvrages utilisant déjà la couleur.


Reste surtout à l'auteur d'accaparer celle-ci pour exprimer autrement son message.
La couleur est porteuse de valeur, le statuaire ou le copiste du Moyen-âge les connaissent. Nôtre époque plutôt triste l'ignore et s'accorde avec le gris de nos cathédrales ou le blanc après lavage, elle s'accorde avec l'encre noir sur fond blanc.
La couleur mimétique de la nature, n'est pas porteuse de valeur, c'est juste plus réaliste, peut-être plus joli. Il y a perte de valeur.
On peut y remédier, c'est une bonne nouvelle, mais pas facile sans doute.

PS : Nouvelle version iBook, correction des bugs ? Je vais voir, en tous cas la césure automatique des mots se passe pas mal.

Aucun commentaire: