jeudi 9 décembre 2010

Couleurs et tactile

A l'heure du Fnac Book le Nook Book.
L'article de Pogue sur le NYT permet de mesurer, un peu, la distance séparant les libraires des deux continents.
J'ai bien aimé le "je peux même lire au soleil" pondéré par un "mais qui lit au soleil ?". Moi, moi, moi.
Un conseil, mets-toi à l'ombre mec, tu éviteras peut-être un cancer, pas marrant le cancer ni pour toi, ni pour ton entourage.
Merci à l'encre électronique d'avoir propulsé enfin le livre numérique, mais en segmentant l'écrit à la seule lecture du livre, elle s'est piégée.
La lecture n'est pas une mais multiple, je lis même des prospectus pourtant pauvres en textes (Leclerc a lancé une appli sur iPad d'ailleurs dans le cadre de sa campagne zéro prospectus, c'est très homothétique, peut faire bcp mieux).

Dans un autre registre l'exposition Farnèse, un évènement, traité par le Point sur iPad (encore gratuit cette semaine). A comparer avec la version papier.
Une absence : la musique. Un palais sans musique ça n'existe pas.
Idem, pourquoi traiter la splendeur et misère des idoles yéyé sans elle ?C'est un papier rien de plus.
J'ai un voisin content de lui même quand il en écrit 25 en un WE.
C'est une machine à écrire mon voisin ;-) s'il prenait le temps d'ajouter un peu d'enrichissement, sa scansion serait stoppée, tout bénef pour une réflexion.

Aucun commentaire: