jeudi 4 novembre 2010

La Pravda a de beaux jours devant elle

Cet article dans le Monde et sa conclusion : "Si l'internaute refuse de payer, qui doit rétribuer la culture ?
Pour plus de 60 % des sondés, de gauche comme de droite, c'est à l'Etat et aux collectivités locales de mettre la main à la poche. Un quart des sondés estiment que les entreprises doivent aussi participer à l'effort, conjointement avec l'Etat."
Si le livre est absent de l'étude, on peut imaginer un comportement similaire à son égard.
Parmi les vraies questions à se poser quand à l'avenir du livre numérique, le gratuit tient le haut du pavé.
S'il est légitime d'accéder gratuitement aux oeuvres du domaine public, merci Gallica, il est aussi légitime de ne pas laisser l'Etat et les collectivités nous imposer nos lectures.
Nous avons déjà des radios et télévisions sous contrôle.
Manquent une presse et une édition aux bottes de nos dirigeants pour rejoindre le rang des dictatures .
Les internautes sondés n'ont pas vraiment réfléchi à la question, internet rend-t-il vraiment bête ?
Quant à l'entreprise elle participe déjà à l'effort via la pub, et elle ne demande que de participer encore plus.
Plus elle vous expose et plus elle dispose de vous.

Aucun commentaire: