samedi 25 septembre 2010

La cote 400


"Visiter un musée en deux heures, c'est une imbécillité. Deux heures, ça m'est à peine suffisant pour un seul tableau. (…) Moi j'ai besoin des plus grands renseignements possibles sur la moindre petite toile. Je suis comme ça, il me faut tout savoir : la vie du peintre, le lieu de son atelier, ses contraintes techniques, son commanditaire, son contexte politique, les disputes esthétiques de l'époque. Je ne supporte pas la légèreté, le savoir superficiel."

Un lecteur m'a fait parvenir l'extrait ci-dessus d'un roman, sûrement écrit par une bibliothécaire et non un cycliste, La cote 400, Sophie Divry, Les Allusifs 2010.


Sthendal dit la même chose en plus court : "Vous voulez connaître Michel-Ange, il faut connaître la Florence de 1499."

Aucun commentaire: