dimanche 20 juin 2010

La lecture sociale me les casse

Avec cette fâcheuse habitude de s'émerveiller pour n'importe quoi la lecture sociale du lecteur solitaire est en passe de devenir à la mode.

 Si vous voulez de la lecture sociale allez au temple, à l'église, à la synagogue, dans un club de lecture, chez votre libraire pour une lecture par l’auteur, dans votre bibliothèque lors des animations, mais ne m’emmerdez pas avec ces soulignements et ce constat : « 325000 lecteurs ont surligné ces passages ».

C’est horripilant, ces soulignements sur mon écran, comme ils le sont sur le(s) livre(s) emprunté(s) à la bibliothèque.

L’opinion des autres m’indiffère, on ne partage pas les mêmes valeurs. Je suis assez grand pour me forger un avis, je n’ai pas besoin des béquilles du Kindle pour m’assister dans une lecture.

Je ne rejette pas l’idée de partage autour d’un livre, mais cette approche spécifique, intrusive, quantitative m’insupporte.

2 commentaires:

Clément a dit…

Tout à faire d'accord avec vous. L'idée des "Popular Highlights" n'est pas le meilleur exemple de lecture social.

En revanche, on peut tout à fait imaginer créer des échanges autour d'un ouvrage, sans que cela soit du quantitatifs et sans apport, type "X personnes ont souligné ce passage". Si on se limite à ça, ce n'est pas très intéressant.

Mais nous sommes qu'au début d'un phénomène qui a encore besoin d'être réfléchi. Il faut que cela mijote encore un peu ! ;-)

Bon dimanche.

Clément

Marc-André Fournier a dit…

On est au début de tout, lecture, écriture et vente(s) surtout là bas.

Bonne journée à vous aussi.