mardi 20 avril 2010

Socrate avait tort...mais pas sur tout

« Son but était patent, Socrate ! Et tu sais toi-même que les plus puissants et les plus respectés des hommes de nos cités rougissent de composer des discours et de laisser des écrits ; ils appréhendent l’opinion de l’avenir et redoutent d’être appelés des sophistes. » Platon Phèdre.
Comment l’opinion de l’avenir traitera le livre enrichi ?

Honte sur nous de mêler au texte, le son et l’image ?

Sommes-nous des « sophistes enrichis » (mauvais jeu de mots, désolé)

Ou bien celle-ci nous saura-t-elle gré d’avoir oser ?

Le terme enrichir est lourd de sens. 

Si je supprime l’enrichissement appauvri-je le texte ? Oui et je possède maints exemples pour le démontrer.

L’opinion de l’avenir a, sur la forme, donner tort à Socrate, elle nous donnera peut-être raison. Non pour renforcer le pouvoir de l’éditeur (cf billet d’hier) mais pour faire exploser le cloisonnement des arts. 

Demain sous un platane de l'Attique nous pourrons sur notre Ipad discourir du Phèdre en écoutant les poèmes de Sappho (Socrate lui-même nous y invite)  interprétés par je ne sais plus quelle chanteuse grecque.

PS: J'ai retrouvé les chanteuses : A Ionatos et N Venetsanou

Aucun commentaire: