vendredi 5 février 2010

Ipad ça change tout

Depuis le 27/01 je me suis remis bcp plus sérieusement sur la Toscane de Michel-Ange. J'ai envie de faire coincider la sortie de l'ouvrage avec celle de la nouvelle machine  d'Apple. Il y aura un décalage evidemment car je ne fais pas partie de ces happy few ayant la chance de pouvoir obtenir tout avant les autres. De mes lectures et échanges, je retiens deux ou trois choses :1) L'écran est plus grand et cela change tout. Notamment la mise en page et la taille des images. Pour la couleur j'hésite, remettre en bleu ou en violet les citations des uns et des autres, et abandonner l'italique, fatigant à mon avis ?

2)L'Ipad sait lire des livres, Apple s'est en l'occurence contentée du minimum syndical, E-pub. C'est pas une révolution.

3) C'est un appareil de salon (la mise en scène du keynote ne laisse pas de doute) et non un appareil nomade. Le cadre de lecture est évidemment différent, plus cool, sauf si les mioches braillent. Cela me pousse vers plus de voix off ( des commentaires plus riches et plus nombreux), pariant sur une écoute moins pertubée.  

4) Destiné à une clientèle aisée, 500 € quand même pour la version de base, cette machine est gournande en contenu et non en application. La cible est l'addict de l'info (presse magazine, quotidienne, instantanée). La lecture d'un livre est une pièce parmi d'autres du puzzle info/culture, environnement quotidien de la cible. 

5) Les assembleurs de livrels n'ont pas grand chose à craindre, les deux types de machines coexisteront dans certains foyers, et chez les moins riches ils ont toute  la place. 

6) Les auteurs rich-média se tourneront vers l'Ipad en attendant une technologie "E-ink" capable de supporter l'hypermédia, ou fourniront une version light de leur travail.


Aucun commentaire: