lundi 11 janvier 2010

La Belle Ferronière


Ce poste pourrait être écrit pour mon blog sur Léonard et Michel-Ange, mais non. Dans un premier temps intéressé par la vente de ce tableau, une copie tardive de l'original exposé au Louvre, mon attention s'est vite focalisée sur les  deux articles d'archives datant de 1921 et 22 accompagnant l'article du NYT. C'est une approche difficilement envisageable aux versions papier des quotidiens, c'est une note  d'antan paradoxale sur le net ou un livrel, mais fichtrement utile. Avec ce type de service on en demandera de plus en plus à nos journaux et magazines. On en demandera de plus en plus à nos "readers" et le Que est sûrement sur la bonne voie. Le prix n'est pas rédibitoire si celui-ci se  transforme en un outil, "couteau Suisse" de la lecture voir de l'écriture,  quotidiennement sollicité. C'est là il me semble une autre dimension du numérique, livre ou presse ou CD etc.Les barrières de l'écrit vont volées en éclat. C'est super.

Aucun commentaire: