vendredi 17 juillet 2009

Pausanias VS Iphone

L'Iphone me pose problème. Une amie me demande pourquoi mes guides ne sont pas dispos dessus ? Voici une partie de ma réponse.
Guide : Ouvrage didactique, décrivant une ville, une région etc.
Notons qu'il n'est pas ici question d'hébergement ni de restauration. Notre notion moderne d'un tel ouvrage se trouve donc modifiée par l'ajout de détails pratiques si chers, par exemple, à Karl Baedeker (19ème et début 20ème) qui d'ailleurs publiait non pas ce qui va devenir plus tard les Guides Bleus mais un manuel du voyageur.
Le etc. de notre dictionnaire est intéressant car il nous laisse le champ libre pour la description d'autres éléments susceptibles d’intéressés un lecteur, un voyageur.
Il peut s’agir d’édifices, de monuments, d’œuvres et chefs-d’œuvre, d’ouvrages d’art. Par extension nous pouvons accepter la description d’un restaurant art-nouveau, spécialiste d’une cuisine nouvelle, non pour nos papilles, mais pour nos yeux ou notre savoir, en gros notre culture. Sa carte et ses tarifs ne nous intéressent pas. A priori seulement car évidemment le tourisme de masse a changé la donne.
Nous sommes tellement nombreux à visiter Florence, qu’il nous faut d’abord connaître notre point de chute, le Dôme et le David passeront après.
Le manuel du voyageur s’est transformé en guide.... une horreur.
C’est évidemment là que le bât blesse. Notre société de consommation abonde en spécialistes du tourisme, culturel ou pas peu importe seule la cible change, mais non en spécialistes de la culture. Où veux-je en venir ?
Eh bien qu’il est pratiquement impossible d’acquérir un guide. Il y a usurpation du titre « guide » par les manuels du voyageur. Ils nous gratifient d’un peu d’histoire et nous serve leur soupe en se foutant de l’art et de la culture comme de leur première couche. Et si nous voulons un guide il faut se tourner vers une personne qui nous montre le chemin.
Pausanias serait bien en peine s’il lisait la transposition moderne de ses ouvrages sur l’Attique, sauf chez National Géographique, qui s'est sentie obligée d'ajouter au terme guide celui d'''art".
Vous me répondrez et Gallimard et le Vert ? Eh bien s'ils pompaient un peu moins les ouvrages historiques, ou s'ils l'avouaient, ils seraient à mes yeux plus crédibles.
Alors quand sur les blogs des uns et des autres je vois la disponibilité de tel ou tel titre je me dis : tiens je vais bientôt recevoir de la part de mon amie un mail me disant machin bidule est dispo sur Iphone.
Seulement voilà les commentaires des posts nous apprennent parfois que telle version numérique n'a rien à voir avec sa version papier ( cf Aldus).
En fait la version Iphone est encore moins riche que la version papier qui n'est qu'un manuel du voyageur, une check liste des trucs à voir. Pauvreté culturelle de la numérisation. Le voyageur mérite mieux.

Aucun commentaire: