vendredi 1 mai 2009

Ils sont moins cons Joachim

"Celui qui veut faire œuvre d'immortalité, doit longtemps demeurer seul dans sa chambre" Vieille de 5 siècles cette maxime du grand Joachim n'a pas pris une ride.
Le clavier a remplacé la plume, l'écran la rare feuille de papier et le net la missive. Mais l'auteur, celui d'un blog, d'un roman etc. reste toujours confronté à lui même. Le curseur clignote en attente des mots, de l'inventivité, de la créativité c'est du bonheur, jamais de l'angoisse.
La postérité Joachim tout le monde l'espère, mais en ces temps modernes (notion très conne) la célébrité lui est préférée. On souhaite être lu, commenté, apostrophé, reconnu, voir le nombre de pages vues explosé. Pas facile. Le nombre de visiteur unique fluctue sans toujours une explication cohérente. 230 un jour, 10 trois jours après, c'est fou, seul le temps passé reste constant 1 minute 20 en moyenne. C'est le temps d'un benjamin ou un minime sur 100 mètres brasse, à mon époque, enfin je crois. C'était l'époque ou je demandais à Alex Jany, un colosse, recordman du monde des 100, 200, 400 et 1500 mètres nage libre (Phelps est peut-être le seul capable de refaire ça) ce qu'il prenait avant une course. Réponse : de la confiture. Je rigolais, nous on était tous dopés et pas recordmen du monde. Je ferme la parenthèse.
Depuis des mois, seul dans ma chambre, je tente sur plusieurs fronts, l'écriture de guides, la rédaction de posts, le démarchage, de sensibiliser le plus grand nombre au livre numérique (l'oeuvre). Impossible. Le plus grand nombre ce sont des centaines de milliers de lecteurs, pas un ou deux milliers.
J'ai encore de l'espoir pourtant. Quand je regarde la nouvelle pub d'Apple pour l'Iphone, le hard cède sa place aux applications. La richesse du téléphone de Cupertino c'est ce que les gens en font quand ils ne téléphone pas, plus. C'est le modèle gagnant, celui qu'il faut copier et adapter au livre électronique (le support).
J'essaie de séduire qui un distributeur, qui un fabriquant pour une bundle : votre machine plus un guide hypermédia sur Léonard De Vinci. C'est unique au monde.
Résultat choux blanc. Ma proposition n'est peut-être pas la plus géniale du monde mais elle n'a pas encore été proposée, tentée, sur notre sol. Syndrôme du NIH ? Les grands ne parle qu'aux grands c'est bien connu, et les petits veulent jouer aux grands. Je m'en sors pas ;-))
Depuis deux ans, reprenez les premiers posts d'Aldus, on parle des mêmes machines, ou presque, on utilise les mêmes méthodes de commercialisation, on écrit les mêmes articles oui les mêmes, et moi je rumine. Résultats on se réjouit des ventes du Kindle (vous savez cette plate-forme, conteneur-contenu, une solution finie, aboutie en quelque sorte) , sauf que c'est pas ici que ça se passe.
Je ne suis pas un génie du marketing mais quand une manière de faire ne marche pas, on se pause, on réfléchit et on change son fusil d'épaule, non ? (C'est valable pour moi aussi sûrement).
Non pas chez nous. On regarde chez le voisin, on le félicite et on retourne à nos petites affaires.
Je commence à croire que les américains, les vieux comme moi (voir étude Kindle owner's qui sera reprise quand la France rentrera de WE), sont moins cons que nous.

Aucun commentaire: