samedi 16 mai 2009

Argent / Amazon /Auteurs

A 9$99 pour un livren, Amazon perd de l'argent sur chaque titre vendu.
Alors pourquoi tirer sur l'ambulance ?
Si les éditeurs ne jouent pas le jeu du concepteur du Kindle et si celui-ci communique assez mal ou pas du tout sur cet aspect des choses, les consommateurs devraient quand même réfléchir un peu avant de le vouer aux gémonies quand il augmente le prix des livrels.
Je rappelle par exemple qu'il est interdit en France de vendre à perte, ce qui semble être le cas du distributeur de Seattle. Mais il faut peut-être aller plus loin, savoir s'il n'existe pas des marges arrières, des contrats de coopération etc..Pour commencer à en savoir plus http://www.publishersweekly.com/article/CA6657272.html
Encore une fois la valeur d'un livre numérique peut s'évaluer de plusieurs manières, mais raisonner en comparant papier et fichier conduit à des erreurs. Si il n' y avait pas ( ou plus) de papier comment ferait-on ?
Les auteurs devraient profiter de cette période de grand trouble qui pointe son nez pour renégocier leur part du gâteau, notamment sur la version numérique. 7 ou 10 % pour le géniteur d'une œuvre c'est pas beaucoup, ils valent mieux.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

A ce propos, dans le dernier Livres-Hebdo (n°777 du 15/05) il est question des droits numériques pour les auteurs. Un système à repenser. Des négociations entre auteurs et éditeurs. Et 3 témoignages : F. Bon, L. Trondheim, B. Werber. Selon moi, F. Bon a encore raison "les éditeurs se trompent en voulant vendre le numérique comme [ils] vendent l'objet livre, alors que ce que l'on diffuse, avec le numérique, ce sont des accès et non des objets". Et de rappeler qu'aux Etats-Unis, les auteurs "ne négocient pas leurs droits numériques à moins de 25 %". De quoi faire rêver certains !
Et aussi, un article sur le Kindle grand format qui semble séduire la presse.
IS

Marc-André Fournier a dit…

je n'avais pas lu l'article avant d'écrire ce billet. Maintenant c'est fait. OK pour F Bon, mais chez Flammarion les jeunes dinosaures campent déjà sur des positions de vieux cons. Il est temps que les auteurs leur bottent le cul. Autre alternative des jeunes pousses aux dents longues sur le modèle de publie.net.