lundi 27 avril 2009

Ma bibliothécaire plus rapide que la blogosphère

Jeudi ma bibliothécaire m'a transmis le dossier du Nouvel Obs sur le livre électronique (le support, je me répète je sais) et le le livre numérique (l'œuvre, bis). Après mon commentaire sur F Bon, j'ai enchaîné le lendemain sur le "controversé" Alain Schmidt (voir le blog et commentaires sur Aldus) dont je partage l'opinion, encore plus après avoir vu l'expo sur le Mont Athos, mais dont le poids est à relativiser (je suis d'accord avec RV).
J'ouvre une parenthèse sur ces monastères, "ces bibliothèques", qui garde en mémoire des textes dont on redécouvre l'importance. Je travaille en ce moment sur les Manuscrits de la Mer Morte, pour traquer l'iconographie de la Vierge aux rochers de Léonard, et il apparaît que l'un deux Paroles de Lévi, était dans une version un peu différente connu et conservé par les moines grecs. RV Bienvault, m'invitait à rejoindre les copistes du moyen-âge, j'aimerai même aller plus loin RV ... avec ceux du 1er siècle avant J-C, et celà ne m'empêche pas de vivre avec mon temps. Je ferme là ma parenthèse.
Et de suivre ensuite de blog en blog (enfin ceux que je lis soit 4 ou 5) les posts sur les mêmes sujets avec ou sans réflexions pertinentes.
Visblement nous sommes tous redevables, moi c'est certain, à ma bibliothécaire qui dans son coin continue de lire les versions papiers des journaux car je sais que ceux qui m'ont suivi me lisent et nous précède.
Cet exemple, loin d'être significatif, m'amène inexorablement à me poser la question de l'avenir des bibliothèques, je n'ai pas la réponse, je suis incapable de formaliser quoi que ce soit, mais c'est pour moi aujourd'hui encore un outil bien plus efficace que le net 1.0 ou x.0.
Que ce soit ma bibliothèque, la réserve centrale de celle de Paris ou le guichet du savoir de celle de Lyon ces gens m'aident à aller bien plus vite. Ils savent mieux que moi utiliser des outils qui sont pourtant à ma disposition, ils savent mobiliser des relais qui me sont inaccessibles.
En fait je crois que l'on les exploite mal ;-) et c'est dommage.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Merci. Quand on se sent sous-exploité, sous-estimé, ça fait plaisir de lire qu'l y a encore des auteurs, chercheurs, amateurs qui voient encore en nous notre envie et nos compétences, en rien incompatibles avec les progrès dans les domaines de l'information et de la communication. Continuons sur notre route, c'est peut-être pas une autoroute, mais au moins on ne rate pas les petites fleurs sur les bas-côtés ;-)
I.S.