jeudi 5 mars 2009

Plouf

le 4/02 j'émettais des doutes sur la pérennité de l'offre des Echos. Plouf ils arrêtent. Pour quelles raisons ?
Un des gros problème des ardoises de lecture est technologique. Elles sont désuètes en comparaison du Net et de l'Iphone. Les suspects de ce support sont tous des utilisateurs chevronnés des nouvelles technologies.
Alors quelles sont les valeurs ajoutées de l'offre des Echos ? Idem pour le trio perdant Hachette/ FNAC/Sony ? Aucunes.
L'offre du quotidien économique était plus un amalgamme de ce qui ne fallait pas faire :
- un premier lancement loupé
- une offre chère
- une simple transposition du support papier
- une partie jouée seule (L'Equipe devait entrer dans la danse, mais rien n'est venu, enfin je crois)
- une publicité intrusive (payer cher pour être emmerdé par des bandeaux pub quelle horreur)
- une librairie aux rayonnages bien pauvres (contactée, jattends encore leur réponse (ça me fait penser qu'Immatériel devait me recontacter cette semaine)
- un leader qui quitte le navire

Pour apprécier une ardoise il faut pouvoir faire machine arrière, être raisonnable et surtout aimer beaucoup la lecture. Vous pouvez alors grâce au projet Gutenberg, ou d'autres initiatives, lire ou relire les classiques hors droits, espérer un retour sur investissement et une qualité de lecture s'approchant du livre en attendant qu'Apple sorte sa "tablette" (Capital de ce mois dans un article sur Steve Jobs)

Aucun commentaire: