dimanche 1 février 2009

Transnet, la Presse et le 13ème commentaire

Transnet de Pisani sur le Monde.
Le plan presse était le sujet non du jour, mais d'avant, un peu avant. Les opinions des uns et des autres s'articulaient autour du financement d'une industrie en péril, sauf la 13ème et dernière. En gros, un journal n'est pas un livre, on le jette et le papier n'apporte aucune valeur au contenu (qui soit dit en passant perd de sa valeur au fil des ans, mais allez expliquer ça aux journalistes). La solution pour enrayer le déclin: L'écran souple.
Seulement voilà la presse sur écran existe déjà, avec le Monde sur le Kindle (aux US), les Echos et l'Equipe sur Iliad et Ganaxa (chez nous). Souple ou pas l'écran, là n'est pas le problème, la technologie n'étant pas encore disponible. Après un lancement en fanfare et quelques chiffres décevant plus rien. Même RV (Aldus) n'en parle plus. Qui va tirer les leçons de cet échec? Ca marche on en parle, ça foire on on la ferme. C'est idiot il y a sûrement des enseignements à tirer de cette expérience et de celles menées dans les autres pays européens. Echec pour les uns, demi succès pour les autres ?
Pour ma part je pense qu'une presse disponible sur une ardoise de lecture est le meilleur moyen de promouvoir celle-ci et de sauver celle-là. Sous qu'elle forme ? Ciblée ou pas, brèves ou articles ? Avec ou sans pub, ce qui revient à écrire payant ou gratuit ? Pour le moment la simple translation du "monde" papier vers l'écran est un échec. Rich média ou poor média ? L'encre électronique est plus exigeante qu'il n' y parait. Les gens du livre devraient y prendre garde.

Aucun commentaire: