mardi 24 février 2009

Sur la piste d'un échec

Hier et samedi je suis allé à la Fnac. Comme d'habitude depuis le mois d'octobre je jette un coup d'œil sur les 2 PLV des PRS505. Depuis au moins deux jours les machines de démonstration sont HS sans parler des vidéos. Les vendeurs s'en foutent, alors les clients ....
Nous sommes sur la piste d'un échec. Pas besoin de chiffres, quand tout va bien on claironne, si non on ferme sa gueule.
Je ne remets pas en cause la stratégie de Sony France (le partenariat quasi exclusif) mais la tactique.
Il semble que le service de marketing n'est pas lu la première phrase de l'Histoire de l'Art de Gombrich (la vache à lait de Phaidon) : "Disons nettement , tout d'abord, qu'à la vérité "l'Art" n'a pas d'existence propre. Il n'y a que des artistes."
Disons le nettement la littérature existe sans le livre, mais pas sans auteur.
Vendre une ardoise de lecture sans y adjoindre des auteurs c'est une erreur, que n'a pas commis Amazon.
Vendre un objet pour lui même est du ressort d'un bonimenteur, vendre de la littérature c'est d'abord vendre un auteur.
Alors peut-être que Hachette ne fait pas son boulot correctement, mais on savait chez les "nippons" que les éditeurs freinent.
Une bibliothèque dans ma poche (Le Monde y a pas longtemps), ce n'est pas 160 livres (approche quantitative digne d'un lessivier et d'un mauvais journalisme) c'est voyager, dans tous les sens du terme, avec.... un nom, un prénom, une activité littéraire et un titre à la rigueur
S'ils ne changent pas leur fusil d'épaule, adieu Berthe et bonjour Amazon.

Aucun commentaire: