vendredi 20 février 2009

Test

Elle est, entre la paraplégie et la tétraplégie, de très petite taille.
Sociologue, elle se déplace en fauteuil électrique dans les allées de la médiathèque qu'elle adore ainsi que les joujous électronique.
Après 15 jours d'utilisation, elle juge en premier lieu, comme Hélène cadre chez Oracle, que le PRS505 n'est pas abouti.
Pourquoi ? Je présume qu'il existe un "état de l'art" et que chaque utilisateur compare un nouvel objet à ceux qu'il utilise tous les jours. Ils ne le prennent pas pour ce qu'il est mais projettent ce qu'il aimerait qu'il soit.
Plusieurs réflexions :
- Un périphérique trop grand (la taille des choses est un problème récurrent, son nouveau fauteuil fait 2cm de plus en largeur et ne passe plus certains obstacles)
- L'autonomie n'est pas ce que prétend le fabricant.
- L'affichage des images un peu long, fait qu'une nouvelle page se fait un peu attendre : machine plantée ou performance médiocre ? Un sablier, par exemple, donnerait la réponse.
- Le mode page par page rappel trop le livre, le défilement est peut-être mieux adapté (j'en connais un qui va être ravi)
- Le passage en mode loupe ou paysage nous fait perdre le fil de lecture ( c'est peut être du a un bug sur mes fichiers PDF, je sais pas d'où ça vient (help).
- L'aluminium rend l'objet trop lourd (elle lit en tenant l'ardoise comme un livre) et "glissant".
- Trop de touches, et celles-ci ne sont pas assez sensibles.
- Ayant tendance à se rabattre la couverture gêne.
- Non la manip entre mode lecture et mode audio n'est pas trop pénible, on s'habitue.
- L'écran noir et blanc: rédhibitoire.
- le prix: trop cher. Mais la médiathèque s'étant équipée, elle est prête à payer un supplément d'abonnement pour un service complet :
  1. Prêt machine
  2. Catalogue d'ouvrages (dont les Guides MAF, un concept intéressant)
  3. Borne de connexion internet "dédiée" pour télécharger facilement des documents.
- Dernier détail, au camping et à la plage ça tient le choc ?
Pour le camping j'ai la réponse c'est oui, pour la plage je sais pas : je nage, je me fais sécher, je regarde les filles qui marchent, je nage, je me fais sécher et je m'en vais, car les filles ne me regardent pas :-)))

5 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est curieux qu'une personne handicapée, pour qui cette machine pourrait être une aide à la lecture (cf la BnH de Boulogne-Billancourt), fasse les mêmes remarques critiques qu'une personne valide. Comme quoi, ce n'est pas vraiment abouti et n'apporte pas encore satisfaction.

Marc-André Fournier a dit…

Oui, il faut croire qu'ils ne sont pas si différents de nous ;-)

Anonyme a dit…

En tout cas son opinion compte deux fois plus : handicapée et sociologue, sûrement qu'elle pourrait apporter beaucoup aux acteurs de la chaîne du livre électronique.

Anonyme a dit…

Quelle avancée par rapport au e-book de cytale
Quelle accessibilité pour les lecteurs déficients visuels ?

La plage ? on en parlait déjà pour le e-book.

Marc-André Fournier a dit…

Pour les déficients visuels !
Eh bien sans être un spécialiste je dirais que la qualité de l'écran est bien supérieure à celle du Cytale en toutes circonstances (technologie e-ink versus cristaux liquides). Pour ma part j'utilise un garamond 14 et 15 (pour les italiques) pour un meilleur confort en configuration de base, soit 21 lignes par page.
Avec les textes en casse classique le zoom vous permet d'augmenter la taille des lettres de façon conséquente, de 2 mm en mode S elles passent à un peu moins de 4 mm en mode M et presque 5 mm en mode L pour la hauteur soit plus d'un doublement (de 26/27 lignes à 13). Je ne sais pas si cela est suffisant malheureusement.
Reste la possibilité du livre audio, voir le Kindle 2, avec des images plein écran, si les éditeurs veulent bien s'en donner la peine.