lundi 9 février 2009

Bibliothèque de Boulogne, les porteurs du e-book sont....dans la salle

Compte rendu partial (il y avait une caméra, pour vous faire une idée impartiale je vous donnerai l'adresse du site de diffusion de la captation). V1

15 heures la salle se remplit pour atteindre une petite centaine de personnes. C'est super pour Alain Patez.
Pendant 1h30 débit d'un discours convenu sur le livre électronique.
Chez SFR on ne dit rien sur les résultats de l'expérimentation, on ne sait jamais il peut y avoir des gens de chez Orange. Elle a raison la dame, il y en a. Pour info ils sont, paraît-il, les seconds vendeurs de musique en ligne derrière Itunes et devant la FNAC. Ils ont 25 millions de clients et s'ils peuvent leur vendre du contenu ils le feront.... même si c'est n'importe quoi je présume.
Un intervenant revient du Japon, le marché du livre électronique là-bas c'est l'équivalent de la BD en France. Fichtre. Un bémol, le support pour eux c'est le téléphone. L'ardoise de lecture ils ne connaissent pas.
Les éditeurs :" On travaille pour vous mais c'est long, c'est difficile et puis tant qu'on gagne du pognon avec le papier on va pas se casser la tête. Les auteurs de BD qui viennent avec une animation Flash, ils sont bien gentils mais nous notre problème c'est le DRM, pas question de l'abandonner et c'est pour çà qu'Adobe est là, on va pas se laisser avoir comme ceux de la musique. Et chez Adobe on travaille aussi, à quoi ? C'est pas bien clair.
Tout le monde travaille et nous on fait rien peut être ?
On parle bcp d'E-pub et de PDF. C'est pas ça l'enjeu! Ils ont quoi au Japon sur leur téléphone, ils ont quoi sur le Kindle ? Il avait quoi Homère, il avait quoi Dante, il a quoi Marc-André Fournier :-) ? C'est sûr le succès d'un livre c'est avant tout de la technique, à pleurer.
Le MP3 sur une tablette ? Pour Picard de chez Bookeen, c'est anecdotique, pour P-H Colin de chez 4D Concept , non. Je m'étais déjà fritté avec Bookeen, vous comprenez des auteurs hypermédia, vous êtes peut être 2 ou 3 dans le monde, alors on va pas se faire chier avec des mecs comme vous. Chez Sony, en passant, on est plus attentifs. Chez Apple j'en parle même pas, d'ailleurs une intervenante dans la salle ne sait pas fait prier pour leur rappeler le modèle gagnant de Cupertino.
Approche quantitative de pousseurs de carton alliés à des éditeurs poussifs, c'est notre recette à nous pour gagner.... des clopinettes.
Des chiffres : Picard nous dit que c'est n'importe quoi ce que l'on trouve sur le net notamment au sujet du Kindle. Je pense qu'il a raison. N'empêche s'ils pouvaient débarquer en Europe ceux-là ils seraient les bien-venus.
Le seuil psychologique du prix d'un livre électronique 4€90. Je ne sais pas quel est l'éditeur qui nous livre cette confidence mais pendant un instant je me dis : Mes oreilles me trahissent ou on se fout de notre gueule ? D'autant que la TVA à 5,5 % c'est pas pour demain semble-t-il, mais un ouvrage à 4€90 c'est pour la saint saint-glinglin, promis juré.
Après il y a les interventions des bibliothécaires et des universitaires. Je ne connais pas leur problématique mais le mec de Couperin.org semble bien remonté contre la non-politique des éditeurs "universitaires".
Je pense que d'autres feront eux aussi un compte-rendu, en agrégeant vous devriez vous faire une petite opinion déjà.
Dans 6 mois on devrait en refaire une histoire de voir si les lignes bougent, si le blabla est toujours le même, si les bibliothèques nous remontent des infos etc..
Pour ma part j'ai prêté mons PRS à une personne handicapée. Dans une quinzaine de jours je vous dirais.

2 commentaires:

Aldus a dit…

Merci pour ce premier témoignage

Marc-André Fournier a dit…

@ Aldus merci pour le lien. J'espère que d'autres témoigneront aussi.