jeudi 19 février 2009

Aldus, Léonard et l'Iphone

Après avoir lu le billet de B Rives sur la lecture dense illustrée par une photo du codex Leicester, (anciennement Hammer du nom du milliardaire « rouge », appartenant aujourd’hui à Gates,) RV Bienvault me pose la question de la pertinence d’une édition Iphone de ce type d’ouvrage, ajoutant : « Un bon in-folio, serait déjà réducteur selon moi compte tenu de la présentation voulu par Léonard… Vos réactions? »
J’ai pris pas mal de temps avant de répondre, les arguments pour et contre se bousculaient et j’avoue n’être pas entièrement satisfait de ma réponse. Mais l’élément capital soulevé par RV est : Tout ouvrage existant, pensé et réfléchi par son auteur peut-il au nom du progrès, du business, d’une meilleur diffusion être porter sur n’importe quel support ?

Ma réponse : « Les écrits et codex de Léonard sur Iphone.
Votre question est fichtrement intéressante. Juste pour info, le format du Leicester, vu à Blois il y a 3 ou 4 ans, ressemble à un grand cahier d'écolier (21,8 x 29,5). Certains des Carnets de l'Institut, vus au Louvre en 2004, ne sont guère plus grands (9,5 x 7) qu'un Iphone, leur reproduction est souvent trompeuse (c’est l’inverse), les études d'anatomie destinées à être publiées sont effectivement "grand format" avec une mise en page réfléchie entre l'illustration (LDV rejetait la xylographie) et le texte d'accompagnement. En fait un éditeur sur Iphone serait confronté à une trahison de la "rédaction" de Léonard compensée par un accès au plus grand nombre.
Pour ma part j'accepterai la trahison à condition qu'elle soit "documentée, enrichie". Le codex Leicester et autres notes avec une écriture spéculaire en vieux toscan sont incompréhensibles. Même avec un format "raisonnable" (les sites Web de la British ou de l'Ambrosienne par exemple) on passe à côté de Léonard. C'est joli mais çà se regarde comme un livre d'images.
Il faut une édition/traduction (encore une trahison) documentée.
Aujourd'hui on dispose des textes, sans illustration, traduits et classés par sujet (Gallimard), on a mélangé pour cela les sources (trahison encore) et ce n'est pas vraiment cool. Il existe des fac-similés aux prix rédhibitoires (Giunti à Florence), des catalogues d'expos avec quelques extraits vite épuisés et des sites WEB. En gros ce n'est pas vraiment accessible.
Alors si quelqu'un faisait ce type de travail sur l'Iphone pourquoi pas, mais franchement d'ici là la techno aura grandement évoluée (ouf) et un éditeur raisonnable ira sur un écran plus grand, enfin j’espère.
S'il s'agit d'un simple copié/collé, engendrant forcément une perte de qualité je partage votre avis mais.
Mais je me suis posé le même genre de question avec le Da Vinci Code, et devant le raz de marée je me suis incliné me disant que si le roman avait généré ne serait-ce qu'une seule visite au Louvre pour la Vierge aux rochers, j'acceptais les âneries de Dan Brown confiant dans la force du tableau (1 chance pour 30 000 000 millions ça doit le faire, non ?).
Les maquettes sont du même ressort, il faut les rejeter et revenir aux sources : Les dessins du Vinci (à condition qu'ils soient disponibles, je boucle), tenter d'en percer l'esprit et l'utilité pour son temps et ne pas rester simplement admiratif devant le travail d'artisans du 20ème siècle.
Malgré toutes ces trahisons, et je fais partie des traîtres, Léonard restera le plus fort ;-)

C'est un bon sujet de réflexion, merci de me l'avoir soumis.
A+ »
Réponse d’RV : merci, c'est un plaisir de vous lire, quand vous êtes embarqués sur la Renaissance... (j’en déduis qu’en dehors de champ je suis barbant :-) ) je reste persuadé qu'une présentation plein écran donnera la pleine mesure des détails ; pour l'Iphone ou autre, on peut bien évidemment faire autre chose, cela restera autre chose »

C’est à toi maintenant lecteur, stp, de nous donner ton opinion.

1 commentaire:

Aldus a dit…

Ravi d'avoir aiguisé votre sagacité sur un sujet qui vous est cher! Et bien sûr que non, que vous n'êtes pas barbant sur le reste...