jeudi 28 août 2008

La rentrée....sans moi

La rentrée se fera sans moi, elle a l'habitude et franchement que je sois là ou pas tout le monde s'en fout. 20 jours à grimper les cols des Alpes, a visité Mantoue pour la première fois, et Venise pour le troisième fois. Cette escapade sur les bords de la lagune me permettra de finir le troisième volume des Guides MAF sur Léonard (Milan-Rome-Venise) et de corriger Michel-Ange. Si tout se passe bien je devrais intervenir sur un documentaire japonais consacré à Léonard, si non eh bien les gens du soleil levant ne sauront pas quels sont les liens qui unissent la France à la cité des bords de l'Arne. Mais dans l'ignorance, relire Platon et sa caverne, rien ne nous perturbe. A mon retour j'espère avoir des nouvelles positives sur le marché des e-readers en France. Ca ne sera pas du côté de Sony ou Amazon, ni de celui d'Orange ou SFR, mais de FeedBook sûrement. Même si ça bouge chez les deux principaux fournisseurs d'e-books, c'est en dehors de nos frontières, nous ne sommes pas impactés. C'est comme ça, et nos commentateurs feraient bien d'arrêter de rêver et de râler (j'en reviens pas encore Pisani (TransNet) qui se permet de gueuler contre le prix d'UN e-book sur Amazon et qui n'est même pas foutu de nous livrer une version numérique de ses ouvrages). La France, les japs et les ricains, ils s'en foutent. J'espère que Lorenzo (Soccavo) nous aura gratifiés de ses nouveaux projets. Lui au moins bosse pour la cause et cause de ce qu'il connaît, RV aussi d'ailleurs mais il m'énerve un peu avec son prix unique. Si une liaison WiFi existe encore à Monêtier-les-Bains, je pourrai suivre tout cela, si non eh bien tant pis et bon courage à tous.

mardi 26 août 2008

La télé, ma pharmacienne et le e-book

Passé à la télé c'est l'assurance de voir vos proches se foutrent gentiment de vous et ceux qui vous connaissent de loin de vous dire : "cétait bien vous à la télé ?" Après une réponse affirmative le dialogue s'engage avec ma pharmacienne (une cible de choix, cultivée et pas vraiment gênée aux entournures; je la fais courte).
- Alors vous êtes un spécialiste de Léonard ?
- Oui
-Et vous écrivez ?
-Oui pour des e-books
- C'est quoi çà
- Un nouvel appareil qui va tuer le livre
- Depuis le temps qu'on en parle
- Demain je vous montre.
Le lendemain à la pharmacie (en face du stade Pierre de Coubertin. Elle est fréquentée par les vedettes de TF1, un jour peut être je verrai Ferrari, le boulanger pour sa part est fréquenté par Porsche, celle de Rothen avant qu'il perde son permis, mais je m'égare)
- Voilà l'engin (le PRS505 de Sony)
- Mince c'est génial
- ça coûte combien ?
-Environ 250 euros
-C'est un peu cher et le retour sur investissement ?
- Ben (je suis gêné) en France avec notre mentalité à la con, un livre électronique vaut aussi cher que son équivalent papier.
- Les livres sont chers en France, la loi Lang c'est une connerie. Et la couleur ?
-2010
-En couleur j'achète, et si je retourne en Italie je prends vos guides.
-Super! 14€52 le guide France et Toscane avec textes, images et musiques.
Imaginez vous êtes devant le Dôme de Florence, avec la musique écrite pour la circonstance, la consécration du Dôme, par Guillaume Dufay et les explications qui vont bien.
- Je suis dans l'ambiance
- Oui vous y êtes.
-Et les cartables pour les gamins ?
-Je crois qu'ils font quelque chose à Strasbourg
- Oui, il est temps. Il faudra que ce soit costaud. Et vous en vivez de vos ouvrages ?
- (la question qui tue) Non (et franchement entre nous je sais pas si j'en vivrais un jour).

samedi 23 août 2008

PVI et les readers sur les traces de l'Iphone

Qui connaît PVI (http://www.pvi.com.tw/) ? Cette société taïwanaise fabrique pour Sony et Amazon les écrans des e-readers (e-books). Son dernier communiqué de presse, qui date du mois de mai, fait référence à une nouvelle technologie baptisée Touch reader. Cette nouvelle n’en n’est pas une, mais elle permet, à condition que le fabricant parvienne à convaincre ses clients du bien-fondé de cette approche, d’allonger la liste des arguments contre le portage des e-books sur l’Iphone. Evidemment le marché tranchera, mais les auteurs ont aussi leur mot à dire. Pour ma part la réduction au format du téléphone d’Apple de mes guides entrave la fluidité de lecture, la qualité de reproduction, sans parler du confort de lisibilité. Le format idéal, pour un nomade cultivé, reste le « livre de poche ». Il n’existe pas. Le PRS est plus petit, je parle de l’écran, l’Iliad est plus grand. Avec Touch Reader c’est possible. L’espace dévolue aux boutons de navigation est gagné pour un écran plus grand, mais toujours transportable dans ma poche de veste. Le début d’un rêve qui serait comblé si le décloisonnement des différents médias venait à sauter lui aussi (interactivité entre sons, images et textes)

mardi 19 août 2008

PRS505 et embargo

Dispo le 4/09 en UK je suis allé sur le site pour passer une commande (virtuelle) du PRS. Et là on nous annonce tout de go que l'E-book (j'utilise ce terme inadéquate pour être référencé Wikio) de chez Sony n'est pas livrable en dehors des frontières de la Perfide Albion, dont la nageuse de 400/800 est étonnante. C'est agaçant, et peut être contraire aux lois du commerce européen. Seule consolation, se dire que la France aura la primeur d'un nouveau modèle pour la fin de l'année. Oui je sais je rêve.

mardi 12 août 2008

Nature et découverte.

Samedi je me balladais dans un centre commercial. Pas plus lugubre que les autres, conforme au modèle moyen de gamme, avec un magasin Nature et Découverte.
Si la nature des gens de cette enseigne est de découvrir, il est temps, alors, qu'ils installent dans leurs rayons des E-Books. Je ne connais pas l'éco-bilan d'un livrel, mais 500 ou 600 ouvrages ça doit faire pas mal d'arbres par terre, non ? Ils vendent des livres, de l'électronique et ils sont proches de la nature. ils attendent quoi ?
PS: je leur ai envoyé un mail pour les informer de ma réflexion. J'aurai peut être une réponse ;-)

samedi 9 août 2008

Quelle diffusion pour le E-book ?

Irex vient de signer un nouveau partenariat avec WHSmith, une chaîne de librairies, il en existe une à Paris rue de Rivoli, anglo-saxones. La société néerlandaise à vite compris semble-t-il que son BM originel orienté BtoB n'est pas le meilleur (c'est une supposition que je fais en absence de chiffre). C'est donc avec un certain succès qu'elle parvient à séduire d'autres acteurs du même type en Suisse, en Italie, et sur le sol Anglais. En France l'expérience la plus intéressante est pilotée par 4Dconcept avec Orange pour Read&Go. Read what ? On le sait. Go where? Où bon vous semble sur le territoire couvert par Orange. Mais ce qui nous questionne c'est How. Accepterez-vous, hors d'un panel, de lire des ouvrages de quelque nature qu'ils soient (guides, journaux, livres etc..) supports de Pub, ou non? Si oui. Les opérateurs téléphoniques pleins aux as, sont les meilleurs canaux de distribution. Si non, le libraire a une petite chance, toute petite, car il devra affonté aussi le net, et les distributeurs classique de produits électronique type Darty et autres Leclerc. Car n'en doutons pas Irex, Sony et les autres ne sont que des pousseurs de cartons. Leur rêve c'est de voir leur matériel en rayon dans les grandes enseignes de distribution. La ligne du BP ou du TB qui les intéresse s'intitule "nb d'unités distribués". Et il me semble que ce petit jeu échappe totalement aux éditeurs, quant aux auteurs n'en parlons pas. Quel camp va choisir le consommateur ? Je n'en sais rien. Si l'E-book est considéré comme un "téléphone" c'est l'opérateur qui gagne, s'il est considéré comme un "micro-odinateur" c'est le distributeur. La variable prix à sûrement son importance, mais le service est du côté des opérateurs, et ce dernier va peser lourd, très lourd dans la balance.

vendredi 8 août 2008

E-codex sur I-phone et autres .... c'est une connerie

ActuLitté avait déjà levé le lièvre, Pisani sur Transnet dit un peu la même chose pour un autre registre (surfer sur le net), l'Iphone n'est pas destiné à la lecture d'E-codex ou E-book. Ils invoquent la faiblesse de la batterie, dont acte. J'invoque l'ergonomie de l'écran. Trop petit, illisible au soleil. Et pour les téléphones portables classiques c'est pareil. Je sais au Japon ils sont fans, mais au pays du Kanji les caractères se prêtent sûrement mieux à l'exercice. Le détournement reste toujours une voie possible, mais nos yeux et notre concentration seront mis à rude épreuve sur ce type de support, c'est inutile. C'est inutile et con, car en tant qu'auteur hypermédia je serai amené sur ces écrans de 3" et moins à supprimer des images, ou à les réduire à un format dégradant pour obtenir une lecture fluide (J’ai bcp apprécié l’écran 5" de l’Iliad). C'est inutile et con si aucune alternative n'était proposée, mais les e-readers, dont les prix vont forcément baissés, sont là. Seulement Apple possède une force d'attraction et de frappe bien supérieures à celle de tous les fabricants de livrels réunis. La firme de Cupertino a acquis aussi une intelligence marketing supérieure. Elle n'hésite pas à solliciter les compétences externes qui foisonnent par million de part le monde, je pense au SDK, et visiblement ça marche. De notre côté, les fabricants de livrels sont en vase clos. Assembleurs, avec très peu d'imagination et d'innovation, ils choisissent Linux mais bride son accès. Ils veulent bouter le papier hors de nos maisons mais pensent et réfléchissent papier/livre et non hypermédia. A croire que le monde papier nous ramène toujours aux sources de sa genèse. En fait c’est Amazon qui semble sentir le mieux les choses. Qui semble seulement, à tester. Les auteurs auront la responsabilité de refuser de voir leur travail dégradé sur ce type de support.

jeudi 7 août 2008

Portage sur Irex

Ce n’est pas l'annonce du mois, quoique en ces temps de disette ;-) mais j'ai terminé le portage des Guides MAF, la France et la Toscane de Léonard, sur Irex. C'est Alain C ... qui gentiment m'a prêté son Iliad. Consultant il est à l'affût de tout ce qui est nouveau et semble-t-il utile à son travail. Il s'est donc offert le joujou et quelques accessoires pour un montant de 800 €. Après quelques jours d’euphorie c’est la déconvenue. Pourquoi ? Pas de contenu et pas d’outils. La blogosphère des e-machin et e-truc va sourire, mais notre quidam n’est pas armé pour affronter seul le désert qui entoure les livrels, en France je veux dire. Dans l’univers BtoB, il pensait pouvoir prendre ses rapports avec lui (rédigées sous Word) et les transférées facilement. Ben visiblement ce n’est pas si facile. Ca demande un énorme boulot quand diagrammes et photos se mêlent aux textes, trop de boulot pour une qualité moindre que sur PC portable. La prise de note en mode image ne l’a pas convaincu, moi non plus pour le moment, mais je n’ai pas tout exploré, enfin j’espère. Pour le BtoC maintenant. Nous étions dans la rue quand sous un super soleil je lui ai montré la première mouture e-book pour Iliad de la Toscane de Léonard. Il n’en revenait pas. Du coup au lieu de me le laisser pour continuer mes tests, il est parti en vacances avec. Bonne lecture Alain.