samedi 31 mai 2008

Il est fou Attali..il est fou

Public Senat cet aprem :Conversation d'avenirs. Une interview de Jacques Attali sur l'avenir du papier. Pour l'auteur du rapport si controversé sur la modernisation de la France l'avenir du livre.... c'est le papier.
Eh bien je me demande si les chauffeurs de taxi n'avaient pas raison tout compte fait.
J'avais déjà un doute sur les compétences du monsieur au regard de sa biographie sur Christophe Colomb, mais alors là c'est confirmé, ce monsieur survole ses sujets, c'est tout.
Et les journalistes qui gobent sans brocher.
http://www.publicsenat.fr/cms/video-a-la-demande/vod.html?idE=57391

Crédits d'impôts

Crédits d'impôts pour les jeux vidéo à caractère culturel accordés par le gouvernement. Tant mieux pour eux, après 10 ans de tractations. Pourquoi pas pour les e-codex ?
Une 28ème mesure pour les assises du numériques, histoire de pas attendre 10 ans ?

vendredi 30 mai 2008

Un mois pour se faire entendre

Je suis allé sur le site du gouvernement http://www.assisesdunumerique.fr/ pour ouvrir une discussion sur le livre numérique grand absent des 27 propositions. C'est l'occasion de nous faire entendre, un peu. Profitons-en. On ne pourra pas dire on ne savait pas. Voici ce que j'ai écrit, juste pour amorcer.


Les Américains et les Asiatiques vont encore nous envahir avec leur e-books. Pour le hardware c'est plié, je ne vois vraiment pas comment Nemoptic peut rentrer dans la valse avec quelques chances de succès. Du côté des outils tout reste à faire. L'auteur en herbe, débouté par les éditeurs, se heurte à l'abscence d'une panoplie de programmes lui permettant de devenir son propre éditeur.De plus on est loin de posséder des outils réellement adaptés à une écriture hypermédia, une Start up peut venir assez facilement chatouillée Adobe et Canon sur ce terrain (je peux l'aider pour le cahier des charges :-).Autre chantier, la fiscalité et la reconnaissance du e-codex sans parler des droits d'auteurs sur les images et les musiques associés à l'ouvrage. Dans cet ordre d'idée il ne faut pas croire que l'industrie du disque est hors du contexte, Hespérion XXI et la Glossa nous proposent des productions à 3 ou 4 milles exemplaires pourrait être multipliées par 5 ou 10. J'évoque l'impacte écologique pour ouvrir le débat, car le livre est gros consommateur de papier.J'évoque dans le désordre et sans trop savoir pourquoi, la francophonie et les bibliothécaires , les cartables à l'école et la régression de la lectures des quotidiens, mais je m'arrête là. A vous de prendre le relais

jeudi 29 mai 2008

Nouvelle version pour Sony Connect

Nouvelle version de CONNECT™ Reader software sur http://esupport.sony.com/perl/swu-download.pl?upd_id=3521&mdl=PRS505.
Mais la toute dernière est sur le site http://ebooks.borders.com/content/borders/index.html
préfigurant certainement les services personnalisés offerts par les grandes enseignes de distribution.
Donc Sony est chez Borders. Mais aux US seulement si j'ai bien compris, pas en Europe. Quelque part ça rassure, eu égard notre retard. Imaginez qu'ils soient déjà en Grande Bretagne. La honte :-)))

Besson et le numérique ?

C'est juste une impression mais quand dans Direct Matin je vois Mr Besson avec un dossier papier sous le bras je me dis qu'il ne doit pas connaître les portables, genre Mac Book Air. Et quand Mr Besson veut accélérer la numérisation des contenus sans qu'il soit fait mention du livre, je me dis qu'il ne doit pas connaître les livrels. En gros je me dis qu'il faudrait l'inviter au BookCamp du 14/06, ça le changerait des costumes 3 pièces de chez FT, Lagardère et autres dinosaures (ringards ?). En gros je me dis que notre retard n'est pas prêt d'être comblé, puisqu'il fréquente ceux qui justement l'administre depuis des années. Il faut chercher ailleurs les vecteurs de croissance Mr Besson ;-)

Freins et moteurs

Discussion hier soir avec une jeune nièce, fraîche émoulue de son école d'ingénieur. E-book pour ou contre ? Pour si tu me trouves le dernier Marc Lévy. Je cherche et je ne trouve pas. Combien es-tu prête à payer pour une version numérique ? Un prix identique à la version papier ne me dérange pas, si le roman est bon ( traduction je n'achète pas le support).
A 100 euros pour un livrel, je mets ça sur ma liste des acquisitions futures.

A chaud. L'offre FeedBook /Grande distribution de septembre risque d'être un peu frustrante. Les grands classiques, libre de droits, ont-ils encore la cote ? Il y a une différence entre usage : je télécharge tel roman sur FeedBook, et comportement : je lis ce que j'ai téléchargé.
Read & Go sera d'un apport précieux pour ceux qui auront accès aux résultats.
La meilleur offre : un livrel proposé à la sortie du dernier roman d'une vedette de la littérature. Quel éditeur aura ce courage, quel fabricant de livrel acceptera de payer un tel ouvrage ?

lundi 26 mai 2008

L'Equipe sur Iliad

Si vous êtes abonné(e) à l'offre des Echos, vous recevrez cet été en prime l'Equipe.fr. Paradoxalement cette offre est complémentaire. L'argent à mots couverts pour l'un, à découverts pour l'autre. Sport et business ne font plus qu'un dans les colonnes du quotidien d'Issy les Moulineaux. Les valeurs de l'un ont inhibés les valeurs de l'autre. Les valeurs du sports sont celles de la bourse d'un club de foot, des contrats signés avec les équipementiers etc. Pré sélectionné olympique j'avais touché une prime (2 500 frs). J'étais très ennuyé car la charte olympique stipulait que nous ne devions pas avoir perçu de gains. J'ai loupé les jeux, tout le monde s'en fout et se fout aujourd'hui d'une telle règle. Ils ont tort, mais c'est un autre sujet.
RV nous livrera, j'en suis sûr son avis sur la qualité de l'offre. En attendant, une connexion sur le PRS505 çà risque de manquer !

samedi 24 mai 2008

Pour un label e-codex

Echanges de commentaires sur le Blog d'Aldus sur les livrels français. RV est désabusé, B Rives demandera à son éditrice de nous faire parvenir un exemplaire de son roman sur Aldo Manuzio. Quelle version, PDF à 9 euros ou enrichie à 50 ? J'attends. J'ai presque quémandé cet ouvrage, un nons sens. Pourquoi ne pas profiter de la passion et des compétences des uns et des autres, je parle de la vingtaine de personnes qui depuis un an s'intéressent aux livrels, pour tester qui les Guides MAF, qui le livre de Soccavo, qui le roman de B Rives ou les textes d'Irène (gratuits). Le réseau est une foutaise, un leurre et les success stories de la poudre aux yeux. Nous sommes chacun dans notre coin, détenteur d'une petite, toute petite, parcelle de vérité que nous souhaitons partager... sans en faire l'effort (moi le premier). Nous restons les serviteurs dociles des dinosaures de l'édition, discourant des modèles d'Hachette ou de Sony/Harlequin. Franchement ils n'ont pas besoin de nous, se foutent de notre avis et ont bien raison. Ils ne sont pas à quelques millions d'euros près, le numérique est une danseuse.
Il serait bien plus intéressant et productif, pour nous, de rassembler nos énergies sur les projets "early workers" (ça existe ?) francophones. Et pour aller un peu plus loin, de promouvoir un label "e-codex" gratifiant les productions qui ne sont pas de simples translations du monde papier au numérique. Une utopie sûrement :-(.

PS : J'avais envoyé un premier exemplaire du Guide Toscane en PDF à RV, il ne l'a pas lu simplement parcouru, mais c'est fendu, pour la cause, d'un aimable post. Un PDF avec de la couleur, de la musique et de la vidéo ça ne pouvait pas marcher, je savais pas. J'ai fait une version noir et blanc en mode "texte", mais la mémoire de son Iliad rendait grâce. J'ai saucissonné, ça devenait n'importe quoi. Aujourd'hui j'ai une version 0 spécifique au PRS505, en attendant la version 1 au format BBeB. J'attends vraiment avec impatience de voir ce que Librii a sorti des tripes du 505. Premier postulant à un label "e-codex" ??

mercredi 21 mai 2008

E-Book gratis c'est pour demain

Astak ouvre le feu avec une gamme de livrels entre 100 et 200 euros. Dans un an ou deux un livrel noir et blanc sous linux sera, à l'instar de l'électronique bas de gamme d'aujourd'hui, le cadeau de bienvenue aux nouveaux abonnés d'un magazine. Je suis prêt à parier un testicule, et je m'en réjouis. Le hard, conteneur, reste "trivial" au regard des couches intermédiaires offrant à l'auteur une plate-forme créative. PDF, ADE, Mobipocket, BBeB etc. Quel format sera le plus à même d'apporter une réelle valeur ajoutée au regard du papier ? Papier qui aujourd'hui s'apparente plus à un kleenex qu'au parchemin d'autrefois. Pour s'en convaincre allez voir l'exposition Babylone du Louvre. Le livre d'aujourd'hui n'est en rien sacré, pilon ou poubelle sont sa destinée, seul le contenu l'en sauve.

dimanche 18 mai 2008

L'art et la manière

Sur le site Connaissance des Arts, un ouvrage gratuit intéressant : L'art et la manière de le regarder. Comment regarder l'Art ? Je ne suis pas sûr de la pertinence de toutes les réponses apportées par Hubert Comte, mais les Editions Volets Verts offrent un travail correcte. Ils sont pros, ce que je ne suis pas (dans le domaine de la PAO il s'entend). Visiblement, il faut autre chose que Word et Acrobat pour fournir un fichier PDF digne des règles de l'art, même en visant très bas. J'ai donc téléchargé In Design (pour 30 jours), un soft de PAO, me rappelant certains posts de Bruno Rives. Pour le moment je suis un peu dans le brouillard, je ne sais par quel bout le prendre, de plus les règles de la typographie me sont pafaitement inconnues. Je ne suis pas sûr de continuer seul sur cette voie qui de toute façon n'est pas encore satisfaisante, car. Car en parcourant l'ouvrage de Mr Comte, je m'aperçois qu'il existe un gros problème de lecture des images par le reader PDF du PRS505. Outre le bug déjà répertorié dans un autre post, si vous revenez en arrièrre, vers une page déjà lue, les images sont tronquées. J'aimerai bien connaître le gus qui a validé le produit ;-((
Je l'écris depuis un certain temps déjà, l'écriture hypermédia est la seule qui puisse vraiment assurée aux auteurs un nouveau mode d'expression fabuleux (si vous saviez le plaisir que j'ai à créer un e-codex), aux livrels une vraie valeur ajoutée. Il est donc impératif d'avoir un outil digne de ces défis. Un "reader", je parle du soft, pouvant y répondre sera un avantage concurrentiel indéniable. Des outils simples pour générer des e-codex, permettrons aux amateurs de se lancer dans l'auto-édition sans avoir à dépenser 12 000 € comme c'est le cas aujourd'hui pour le compte d'auteur ( y a peut être moins cher, mais c'était le prix payer par ma cousine pour publier et promouvoir son ouvrage La mémoire des femmes). Lorenzo Soccavo parlait d'une start up, il a raison, le marché existe.

vendredi 16 mai 2008

Le livre et les artistes


Au Victoria & Albert Museum de Londres une expos sur le livre et les artistes. Quelques images supplémentaires dispos sur le site http://www.vam.ac.uk/collections/contemporary/bloodonpaper/index.html


3,50 ou 4,30 ?

C'est la taille en pouce des GPS. Le nouveau standard tend vers un écran plus grand, plus lisible, plus humain en queque sorte. Enfin. Nos yeux, nos doigts rien ne change, ils n'ont pas l'air au courant les ingénieurs. Pour les livrels il me semble que nous n'ayons pas encore la bonne taille. L'écran/livrel devrait avoir la surface d'un livre de poche. La navigation se doit d'être tactile pour ne pas agrandir l'objet. On est entre le PRS505 et l'Iliad.

jeudi 15 mai 2008

Même longueur d'onde ?

Dans le Monde du 14-15/05 sur les résultats de Sony, une petite touche d'espoir : "Le groupe doit aussi résoudre différents problèmes, en interne notamment. M. Stringer ( le PDG) souhaite faire disparaître ce qu'il appelle les "silos", des départements refermés sur eux-mêmes et qui refusent de collaborer avec les autres." Je ne sais pas si la tâche sera aisée, mais il me semble qu'il a fichtrement raison Mr Stringer, je vais même lui suggérer une petite idée, gratuite : faire en sorte que le PRS505 ou son remplaçant puisse lire les fichiers audios de façon "dynamique" sans retourner au menu (çà semble possible au format BBeB, mais pour le moment je ne sais pas faire), mais surtout pouvoir se connecter sur un serveur pour télécharger d'autres titres (c'est çà l'idée) produits par Sony Classical notamment. Exemple uchronique : Je suis avec Léonard et Ange Politien à Milan pour une représentation d'Orphée. Je propose à mes lecteurs un extrait de la Favola interprétée par l'ensemble de Paul Van Nevel. Ils aiment, ils cliquent et la carte de crédit chauffe. Tout le monde est content, sauf la concurrence ;-). Et les Guides MAF ne sont pas les seuls supports "papier" à offrir une telle opportunité. Je me souviens d'un roman de Djian proposant un morceau des Talking Heads : Home. J'ai acheté le CD. Il me semblait qu'il pouvait y avoir une certaine affinité entre les mots de Djian et la musique proposée. 15 ou 20 ans après j'en suis encore ravi.
Si à la lecture de ces lignes vous pensez IPod c'est votre droit, à Sony de vous faire changer d'avis. Idem avec la PSP. Le cloisonnement me rend fou.

Le Blog simple chambre d'écho ?

En naviguant de blog en blog, on peut se poser la question de savoir si celui-ci est une simple chambre d'écho au service de l'industrie ou un outil critique ? A quoi sert de dupliquer le CP de tel ou tel fabricant de livrel, de tel ou tel blog vous ayant précédé de quelques minutes ou heures, sans apporter une valeur ajoutée ?
Depuis quelques semaines un phénomème intéressant se produit : le nombre de commentaires se réduit à zéro pour chaque post publié. Pourquoi ?

mercredi 14 mai 2008

Gallica et PRS505

Gallica et PRS505. Dans mes premiers posts je me suis montré un petit peu complaisant sur le lecteur PDF et les fichiers de Gallica, je le regrette.
J'ai voulu me plonger dans la lecture de la Légende Dorée de Jacques de Voragine. Impossible. Les 780 pages en mode image sont vraiment :
- Trop petites pour mes yeux (même avec la taille "Moyen" puisqu'il n' ya pas mieux avec PDF , et toujours ce bug qui vous fait revenir en début d'ouvrage si vous revenez au mode normal)
- Trop longues à charger
- Trop sujettes à des dysfonctionnements de lecture, images tronquées par exemple.

Je suis passé en mode texte avec Paper Capture d'Acrobat (tout le monde ne peut le faire évidemment). La vitesse et la lisibilité s'améliorent, de façon aléatoire, mais pas au point d'être satisfaisant loin de là.
C'est la même équipe qui a développé le lecteur PDF pour le Sony et ADE, et bien je ne la félicite pas.
C'est très chiant évidemment, car ce n'est pas Gallica qui doit s'adapter. D'autre part il serait intéressant de faire un vrai comparatif entre les différents e-books, livrels, sur ce type de fichiers. Un vrai critère de sélection, avec pour élements de mesure : Temps de chargement de la première page, temps de passation d'une page à une autre, "surface de lecture", taille de la police en mode normal et agrandie(s), restitution des images, dysfonctionnement notoires. Avis aux amateurs et amatrices.

A quoi sert ADE de chez Adobe ?

A rien ou presque. Devant l'impossibilité de mettre à jour ma version d'évaluation 1.5 par la version stabilisée, je me trouve privé de l'une et de l'autre (çà bug méchamment). Pour lire mes fichiers PDF je reviens donc vers Acrobat sur mon PC, ou j'opte pour mon PRS505. Et cette privation n'en n'est pas vraiment une.
En parcourant le site de l'éditeur je ne vois toujours pas une plate-forme e-book disponible pour accueillir ce reader. Très franchement je ne les trouve pas très malins chez Adobe, qualité qui semble par contre être le moteur de Nitendo. Cette réflexion vaut pour nombre d'acteurs. Je ne comprends toujours pas pourquoi les GPS mobiles n'embarquent pas un lecteur PDF ? GPS + Guides, faut pas sortir de polytechnique pour voir que çà colle ? Michelin avait tenté quelque chose. Mais en voulant verrouiller le produit, ils sont allés dans le mur. On a jamais raison tout seul !

vendredi 9 mai 2008

Cà bouge

Orange lance un "e-paper" avec "Le Monde", tandis que SFR et la Fnac ont des projets
LE MONDE 07.05.08 17h13 • Mis à jour le 07.05.08 17h13 (version du NET)
Le titre est raccoleur, com dab.
1) Orange lance pour le momment un test, et seulement un test, avec le "nouveau" e-book d'Iliad si j'en crois la photo (incohérence car il n'est pas WI-FI, un détail)
2) A part le titre, aucune info sur les expériences de la FNAC et SFR. La version papier doit être plus conséquente car Nouvolivractu signale un partenariat entre la Fnac et Sony pour le PRS505. J'avais, il y a quelques mois, entendu sur France Inter un appel du directeur technique du distributeur en ce sens. Pour SFR je n'en sais pas plus, mais les opérateurs de téléphonie deviennent des diffuseurs d'infos , et la pub ne sera pas absente du modèle, çà c'est sûr.
3) 12 contributions bien intéressantes pour analyser les freins et attentes des lecteurs
4) Des études font mention de 2 à 4 millions de livrels à l'horizon 2010 en France. 2 ou 4 c'est pas pareil. C'est pas sérieux ces chiffres.Il va falloir sacrément investir pour convaincre ne serait-ce qu'un million d'acquéreurs.

La bataille va bientôt commencée, il est temps pour Nemoptic de fourbir ses armes.

jeudi 8 mai 2008

Un nouvel Iliad...enfin ?

Dispo à partir du 9/05 l'Iliad Book Edidion est une version allégée de l' Iliad V2 avec Wi-FI et 150 € en moins. Cette cure d'amaigrissement a séduit Borders UK, une chaîne de librairies qui rejoint le réseau de distribution grand public du constructeur néerlandais. A quand la France ?
50 titres, en anglais, accompagnent le nouveau né. BOF.
Parmi les formats toujours pas de MP3 malgré un sytème audio spécifié.
Irex ne me séduit toujours pas.
Je pensais voir fleurir des applications tierces, à l'image de l'Ipod Touch, mais rien, en tout cas à ma connaissance (oui je sais il y a l'OCR et j'avoue que c'est bluffant). C'est dommage pour une machine qui taquine les prix des micro-ordinateurs et une volontée affichée du constructeur de créer une communauté de développeurs...Faut croire qu'eux aussi ne sont pas séduits ;-(

mercredi 7 mai 2008

Les Vieux bouquins

Un article intéressant par Karine Papillaud sur la valeur des vieux bouquins dans le 20 Minutes du 6 mai. Un chiffre interpelle : 1 milliard d'€ pour le marché du livre ancien. On en est loin pour nos e-books ;-(

mardi 6 mai 2008

Boniments pour un e-book

Ce soir au Grand Journal de Canal +. Pour P. Starck le nouveau design d'un exemplaire de Maupassant édition la Pléiade est un Cybook. Le boniment, je ne trouve pas d'autre mot, est digne d'une place de marché ;-) Dans sa harangue, le designer ne manque d'asséner l’argument choc : moi qui suis en voyage souvent, tout le temps, pourquoi m’encombrer d’une dizaine d’ouvrages ? Sur un E-book j’ai des milliers de pages à ma disposition. Demain ces livres n’existeront plus (je cite de mémoire, la vidéo sera peut être visible demain).
En face le journaliste est un peu court dans sa contre argumentation. J’entends "papier bible", mais face à Starck difficile d’en placer une.
Pour Maupassant je sais pas, mais pour les Ecrits intertestamentaires de la Bible, je travaille actuellement sur le Mystère des deux Enfants Jésus, je suis loin d’être convaincu. Sans être sacrés à mes yeux, ces mots transférés du parchemin ou du payrus au papier, traduits du grec ou de l’araméen au français, me laissent déjà un goût amer.
Je dois l’avouer l’encre électronique me semble triviale, pas vraiment digne des Douze patriarches ou des Oracles sibyllins.
Seulement la Pléiade c’est cher.
Et si Starck fait avancer le schmilblick, je n'y crois pas trop, je ne vais pas me plaindre, quelques soient ses arguments.

Revenir sur terre

L'interview accordé par Mr Nourry (PDG d'Hachette) au Figaro sur l'achat de Numilog, et celui que m'a accordé mon BOF entre deux apéros, sont l'occasion de revenir sur terre.

Pour le premier
1) Le chiffre d'affaires "numérique" : 0,1 % des 2,13 Milliards d'Euros
2) L'analyse est sans appel : le public n'hadère pas à la version numérisée d'un ouvrage quelque soit le support (CDRom ou E-Book)
3) La sortie du reader de Sony est pour la fin de l'année, et non pour cet été

Le second, principal dans un lycée , est fou de plongée (un ordinateur de plongée (c'est une grosse montre) vaut le prix d'un e-reader). Impressionné par la qualité de rendu du PRS505, je lui pose la question qui tue :
- t'achètes ?
- non
- pourquoi ?
- ammortissement impossible.

Ben c'est pas gagné :-)))