vendredi 5 décembre 2008

E-BOOK Des chiffres, un peu

MAJ le 6/12/2008

Via Actualitté et le Wall Street Journal nous avons quelques chiffres sur la vente des e-readers de Sony : 300 00 unités depuis octobre 2006. En mars 2008 les chiffres étaient de 100 000 an. Soit un doublement, 200 000 unité an, pour le PRS505, c'est bien mais Amazon fait bcp mieux avec 250 000 unité an.
Un ponte de la société niponne estime que la connexion sans fil, qui différencie les deux machines (le PRS 700 ayant un clavier virtuel maintenant) n'est pas si utile.
Eh bien on peut en déduire que chez Sony le cloisonnement est toujours de rigueur.
Si le téléchargement d'un ouvrage via un PC, pour les MAC on s'en fout n'est-ce pas , n'est pas vraiment une contrainte, difficile par contre d'accéder par ce mode aux titres de presse et aux fils d'actualité.
OYE OYE LE PRS EST ET NE SERA QU'UN LECTEUR DE LIVRES.... QU'ON SE LE DISE. Et le service marketing vise le nomade qui reste près de son PC ;-))
KOTKOT avance d'autres chiffres: 850 PRS505 en stock à la FNAC début novembre, avec 1 vente par jour pour une FNAC de province. Bookeen fait mieux sûrement, l'exclusivité a ses limites.
Du côté du contenu livresque US on atteindrait les 100 000 ouvrages à la fin de l'année sur le site de SONY, c'est pas mal. C'est même plutôt une bonne nouvelle.
Chez nous là où pas grand chose se passe, La Fnac nous propose un peu moins de 3 000 ouvrages et Le Divan, la grande réponse de Gallimard à Hachette, 32.
On a le vertige.
Heureusement il y a Gallica. Mais en fait tout ça on s'en fout, ou presque.
Sans concurrence le marché hexagonal ne pourra décoller.
Bookeen doit être sous capitalisé, Nemoptic se fout du livre électronique et 4 D Concept ne vise pas le BtoC.
Il faut donc attendre 2009, voir si Amazon débarque sur notre territoire et si les opérateurs téléphonique (Orange, SFR, Bouygues ???) se lanceront sur le marché. Si non tout cela restera bien confidentiel et ce n’est pas bon pour mes ventes :-(

Quant à l'émoi suscité par la Nitendo DS ou l'Iphone, c'est n'importe quoi.
On bafoue nos yeux, notre intellect et l’œuvre d’un auteur.
Tout est bon pour faire du fric. Jean Ferrat avait refusé lors de la sortie d’une compile à la con promue à coup de millions de voir ses chansons « mélangées » avec celles d’autres « artistes ». Il a raison on ne doit pas faire n’importe quoi, juste pour de l’argent.
La Bible sur l’Iphone c’est à vous dégoûter. Quel plaisir sur la Pléiade, quelle galère en format poche sur 2 colonnes.

PS : Le mec de chez Stanza m'a demandé si j'étais à Paris, j'ai dit oui et prêt à le rencontrer, depuis plus de nouvelle. Bizarre (je ne suis pas incohérent avec les lignes ci-dessus je n’ai pas l’intention de porter mes guides sur l’Iphone, mais Stanza ira forcément sur d’autres supports)

Aucun commentaire: