mercredi 8 octobre 2008

Un peu trop tôt, toujours trop tard

Le 6/12 a lieu le Salon des auteurs à Boulogne. Cette manifestation draîne pas mal de monde et je souhaitais y participer. J'ai donc rencontrer les organisatrices pour leur montrer mes ouvrages sur le PRS505. Accueil enthousiaste, réponse négative ci-jointe "Monsieur,
Il nous apparait difficile de promouvoir vos ouvrages sans mettre en place un stand dédié aux livres électroniques.
[il fallait, et je trouvais l'idée bonne, que je trouve un partenaire vendant des PRS, pour séduire un public loin de savoir ce qu'est un livre électronique]
Or, d'une part nous n'avons pas prévu la mise en place d'un tel stand cette année [ben c'est sûr elles ne savaient pas que celà existait, seul Dieu étant omniscient on leur pardonne], d'autre part seul le libraire, qui est notre partenaire commercial, est habilité à vendre les livres sur le salon.
Nous vous remercions de votre compréhension et espérons que votre projet connaîtra le succès que vous attendez.
Bien à vous."

J'en déduis que notre Salon des auteurs, financé en partie par notre argent, est un outil promotionnel du partenaire commercial. C'est pas cool !
Et je pense qu'avec ce petit mot je ne vais pas me faire que des copines, mais je m'en fous.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Vous croyez que les personnes concernées vont lire votre post ? Naïf ! Si elles s'intéressent pas au PRS505, elles ne se soucieront pas de votre blog. Désolée. Mauvais horoscope aujourd'hui ?

Marc-André Fournier a dit…

Je n'ai pas écrit ce post pour et contre les organisatrices, mais pour ceux qui partagent mon gôut pour le e-book et les e-codex, sont pas nombreux c'est vrai ;-), afin qu'ils sachent comment ça se passe. Comment des gens censés promouvoir la culture deviennent en fait des relais de l'argent purement et simplement.

Anonyme a dit…

Mais la culture est en crise, c'est conjoncturel !

Marc-André Fournier a dit…

La conjoncture est un paravent. La culture est toujours en crise car difficilement accessibles aux bien-pensants et autres détenteurs d'un petit pouvoir. De tous temps ces piliers de nos civilisations ont eu un ou deux trains de retard. Ils faisaient chier Léonard et Michel-Ange déjà, voir incipit des Guides MAF.

Anonyme a dit…

En tout cas pour les professionnels de la culture, il y a de quoi s'inquiéter : les premiers sacrifiés et les derniers sauvés.