lundi 29 septembre 2008

Du contournement d'une exclusivité.

Sans y prêter vraiment attention, j'appréhendais l'offre S-H-F comme une exclusivité pure et dure. C'est à dire : vente du PRS505 par et exclusivement par la FNAC,  avec un catalogue de 2000 titres Hachette. Que nenni. Sur le site du fabriquant Nippon on peut lire : "Le Reader est également disponible directement depuis la boutique en ligne Sony Style, dans les magasins distributeurs de la marque Sony et dans certaines boutiques de matériel électronique. Mais où que vous achetiez votre Reader, la FNAC demeure le lieu d’acquisition en titre de vos livres électroniques (ebooks)."
Donc je peux, si Sony joue le jeu, acheter mon reader à Megève chez ma revendeuse préférée.
La dernière partie du texte en référence est plus sibylline, mais amis n'y attachons pas vraiement d'importance. Mon lecteur est compatible PDF, EPub, etc... ce qui fait que je télécharge ce que je veux, chez qui je veux, sauf les titres Hachette en exclusivité pendant six mois, ce qui n'est pas le bout du monde. Et ceci est-il vraiment pervers ? Quels sont aujourd'hui les distributeurs offrant un service de téléchargement ? 
La FNAC, qui n'a pas attendue Sony et Hachette, entre autres sites qui doivent se compter sur les doigts de la main.Voir Aldus pour plus d'infos. Ni Virgin, ni Cultura, les autres poids lourds des biens de consommation culturels ne font partis de la liste. 
Il existe aussi des éditeurs, et on pourrait aussi s'émouvoir de cette distribution directe. 
L'offre KindleBooks me semble plus perverse avec son format propriétaire, et il me semble qu'elle est plutôt bien accueillie, pourquoi ?
En fait, aujourd'hui il y a prise de risque par tous les acteurs qui se lancent sur le livre numérique. Minimiser ce risque  me semble économiquement et intellectuellement supportable. On jugera dans six mois du bien-fondé d'une telle stratégie, on verra dans six mois ceux qui viendront avec nous partager ce risque.

Aucun commentaire: