samedi 9 août 2008

Quelle diffusion pour le E-book ?

Irex vient de signer un nouveau partenariat avec WHSmith, une chaîne de librairies, il en existe une à Paris rue de Rivoli, anglo-saxones. La société néerlandaise à vite compris semble-t-il que son BM originel orienté BtoB n'est pas le meilleur (c'est une supposition que je fais en absence de chiffre). C'est donc avec un certain succès qu'elle parvient à séduire d'autres acteurs du même type en Suisse, en Italie, et sur le sol Anglais. En France l'expérience la plus intéressante est pilotée par 4Dconcept avec Orange pour Read&Go. Read what ? On le sait. Go where? Où bon vous semble sur le territoire couvert par Orange. Mais ce qui nous questionne c'est How. Accepterez-vous, hors d'un panel, de lire des ouvrages de quelque nature qu'ils soient (guides, journaux, livres etc..) supports de Pub, ou non? Si oui. Les opérateurs téléphoniques pleins aux as, sont les meilleurs canaux de distribution. Si non, le libraire a une petite chance, toute petite, car il devra affonté aussi le net, et les distributeurs classique de produits électronique type Darty et autres Leclerc. Car n'en doutons pas Irex, Sony et les autres ne sont que des pousseurs de cartons. Leur rêve c'est de voir leur matériel en rayon dans les grandes enseignes de distribution. La ligne du BP ou du TB qui les intéresse s'intitule "nb d'unités distribués". Et il me semble que ce petit jeu échappe totalement aux éditeurs, quant aux auteurs n'en parlons pas. Quel camp va choisir le consommateur ? Je n'en sais rien. Si l'E-book est considéré comme un "téléphone" c'est l'opérateur qui gagne, s'il est considéré comme un "micro-odinateur" c'est le distributeur. La variable prix à sûrement son importance, mais le service est du côté des opérateurs, et ce dernier va peser lourd, très lourd dans la balance.

Aucun commentaire: