dimanche 12 février 2017

Si vous allez voir l'expo Bazille vous verrez aussi la première toile impressionniste, d'après celui dont elle est l'oeuvre : Monet. Il ne s'agit pas d'Impression Soleil Levant mais d'un tableau réalisé en Dagovéranie, un drôle de nom pour une ville d'le-de-France plutôt tranquille. Elle fut vendue à Bazille qui ne parvint pas à s'en débarrasser comme il ne parvint non plus à faire taire les suppliques d'un Monet aux abois lui réclamant les termes de cette oeuvre acquise à crédit en avance.
Evidemment Bazille avait l'étoffe d'un grand, sinon d'un héros devant rester anonyme. L'histoire de son père allant récupérer la dépouille de son fils est bouleversante.
Comparer son travail avec celui de Renoir, Monet ou Cézanne nous convainc de ce talent fauché avant sa pleine maturité. Quel gâchis ! O peut même se poser la question d'une influence du carabin sur les rapins.
Vous verrez aussi une toile époustouflante de Cézanne : le Nu au rocher, Bacon avant l'heure.



mardi 17 janvier 2017

Patrick Boucheron

Pour m'évader des Impressionniste je lis durant la nuit  : Conjurer la peur, du médiéviste Patrick Boucheron. Le livre set consacré à une "fresque" dans le palais communal de Sienne, celle peinte par Ambrogio Lorenzetti.
Page 15 : "Les livres (et celui-ci , fatalement, comme tous les autres qu'elle a inspirés, ratent l'effet physique qu'elle procure."
C'est mille fois vrai et pas seulement pour ce chef-d'oeuvre. Je ne sais pas combien d'heures j'ai passé dans la Salle des neuf, et à chaque fois je me suis laissé transporter hors du temps. On danse avec les jeunes-filles, on s'effraie du diable, on se ballade dans la campagne toscane, etc.
Que l'historien regrette la perte de cette dimension c'est amusant. En fait avec le livre numérique hypermédia on peut s'approcher de  cette réalité, même sans parler de réalité augmenté. On verra quand ça sera vraiment dispo.
Une vidéo 360, une musique d'un des compositeurs cité par Dante et l'on peut vous plongez dans une ambiance intéressante et pour bien moins cher qu'un séjour à Sienne.
Intéressante mais pour qui ? Nul doute que Boucheron serait ravi, j'ai plus de doutes concernant les lecteurs.
Nos chers concitoyens sont formatés et c'est navrant. Inutile d'espérer, la modernité les effraie.
Comme je suis un peu en colère je dirais que ce sont des gros c.....
Notre médiéviste n'est pas le premier à regretter les limites du livre papier, d'autres avant lui devant les oeuvres de Monet on appelé de leurs voeux à repousser ces limites, mais la technique ne suivait pas.
Aujourd'hui elle est disponible, en tout cas on peut faire des trucs sympas, mais pour qui ?


vendredi 13 janvier 2017

Giverny, Bonjour Tristesse


Comment visiter Giverny ?
Se précipiter vers la maison du maître et suivre le flux, le flot, des visiteurs ou accorder aux motifs une place prépondérante ?
Si vous choisissez cette option, vous serez amenés à faire plusieurs poses en compagnie d'une fleur, d'un modèle, d'un paysage.
La capture ci-dessus illustre l'une d'entre-elles.
Vous êtes en compagnie du modèle préféré de Monet, après sa première épouse, Suzanne, une de ses belle-filles.
Joli tableau, texte poignant de sa mère et une musique de Ravel.
Une autre façon d'écrire un livre.

mardi 6 décembre 2016

Changer le rapport de force par la numérisation du livre

Un article presque intéressant dans le Figaro de ce jour sur la musique numérique et cette phrase : "en piratant le consommateur a inversé le rapport de force."
Elle peut s'écrire autrement : en adoptant le fichier numérique le consommateur renverse le rapport de force.
Cette évolution n'a pas eu lieu en France au sujet du livre, le lectorat n'a pas entrevue cette possibilité d'inversion du rapport de force. Le prix du livre est toujours scandaleusement élevé. On va me répondre que l'édition doit gagner de l'argent, d'accord mais elle le peut en vendant plus de livres moins chers aussi... vaste débat soit dont je ne peux être le héraut.
Et que dire du prêt en bibliothèque ? Je n'ai pas vraiment suivi le dossier mais les choses ne semblent pas très simples et je ne suis pas sûr de voir l'usager en sortir vainqueur.
En fait si il existe une vraie chance de changer le rapport de force pourquoi le lecteur ne l'a-t-il pas saisie ?

vendredi 2 décembre 2016

Monet et la recherche du temps perdu.

Voyez ce tableau-là, qui dès le premier abord a attiré votre attention, celui-la seul est parfaitement réussi, peut-être parce que le paysage alors donnait tout ce qu'il était capable de donner. Et les autres ? - Il y en a quelques-uns vraiment qui ne sont pas mal mais ils n'acquièrent toute leur valeur que par la comparaison et la succession de la série entière. 

Les paroles de Monet soulignent cette ineptie de la vente par unité d'une série. Le gus possédant un exemplaire  des Cathédrales, Chtchoukine par exemple, des Peupliers ou de Londres a été floué. Il n'est pas à même d'en apprécier la "valeur" esthétique, expressive, impressionniste. Il peut épater la galerie mais s'il est vraiment connaisseur il sait avoir commis une erreur. 
Une seule toile est une captation, sans avant ni après, elle est paumée dans la durée, celle de Bergson ou de Proust. 
Si Monet n'est pas l'inventeur de l'Impressionnisme, Turner peut à juste titre en revendiquer la primauté, le maître de Giverny  en est le continuateur et le finisseur. Il porte le mouvement jusqu'à son terme faisant de l'instant d'avant, un temps perdu, un temps retrouvé par la série.

mardi 29 novembre 2016

Léonard s'en va en guerre




Léonard pacifiste ? Oubliez !Suivons le au siège de Pise, en Romagne, dans les Marches et le Frioul, en Toscane.S’il ne prend pas les armes, il en dessine.S’il ne prend pas les armes, il accompagne ceux dont le métier est de les prendre. S’il ne prend pas les armes, il est au service de  : Florence, Venise, la papauté et son bras armé, César Borgia. S’il ne prend pas les armes il se vend  parfois au plus offrant : la France de Charles VIII.

dimanche 27 novembre 2016

Monet et les vaches pour modèle ?



Des vaches ;-) La meilleur pochette du Pink Floyd ? Atom Heart Mother sans conteste.
Le modèle préféré d'Eugène Boudin ? La vache si j'en crois le nombre considérable d'études laissées. Et quand vous êtes saouler d'en voir autant, au musée du Havre par exemple, une question vous taraude : Pourquoi Monet n'en n'a-t-il pas peint plus ?
Une seule de mémoire, dans une cours de ferme. L'idée n'est pas saugrenue car la question se pose en novembre 92. T. Robinson lui présente un de ses tableaux et le maître de Giverny avoue bien aimé les vaches et le bébé ; et d'ajouter : J'essaierais les vaches - peut-être l'été prochain, sérieusement.
On est dans l'anecdote mais il existe dans le journal de Robinson des réflexions bien plus sérieuses et précieuses. Elles sont reprises par "l'école américaine" de l'impressionnisme mais très rarement ( je pourrais écrire : jamais mais n 'ayant pas la prétention d'avoir tout lu) par "l'école française". Cette "négligence", ostracisme ?, est vraie aussi pour les oeuvres parties à l'étranger. Mis à part les monographies ou un catalogue d'exposition, qui vous coûtent les yeux de la tête, on va au plus simple pour les illustrations des biographies, des abécédaires, des XXX pour les nuls. Toujours les mêmes tableaux, les même études, celles dont on dispose en France. C'est navrant.